Le mot du 30 janvier 2018 (1)

Le mot d’humour du jour

En évitant de cautionner l’énorme bourde* commise par les rédacteurs des « questions pour un champion », reprise sans sourciller par l’animateur Samuel Étienne (sur France 3, émission diffusée hier, lundi 29), un petit mot sur les calembours…

La langue française se prête bien à l’invention de « singuliers… pluriels », reposant sur l’homophonie, en jonglant avec les liaisons. Ces « pluriels de fantaisie » peuvent faire l’objet de jeux créatifs, de plaisantes petites séances de remue-méninges.

« Un neuf > des œufs ; un début > d’émeute ; l’égout > des goûts ; le ciel > l’essieu ; l’étang > les temps ; le père > l’épeire ; le notaire > l’œnothère1 ; un thé > d’été… »

  1. Se prononce « les notaires », mais aussi « le notaire »…

* Non : jamais Victor Hugo n’a dit que le calembour serait « la fiente de l’esprit qui vole ». Il met ce propos dans la bouche d’un des personnages des Misérables, ce qui n’est pas du tout la même chose ! J’imagine bien, d’ailleurs, le bonhomme Hugo, grand faiseur de jeux de mots, de… calembours, plié en quatre, écroulé de rire, en écrivant cela.

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.