Le mot du 9 février 2018 (2)

La question du jour (et la réponse)

« Monsieur,

Pourriez-vous me dire s’il est préférable d’écrire les années 1980, les années 80 ou les années quatre-vingt ? Ai-je le choix ?
Merci beaucoup.

Très cordialement. »

En toute rigueur (peut-être, ou sans doute, excessive), puisque l’on évoque les années d’un autre siècle, « années 80 » pourrait désigner (si le contexte n’est pas clair !) les années 1880, ou 1980, ou 1780… C’est pourquoi la règle orthodoxe est de préciser : « les années 1980 ». Dans la quasi-totalité des cas, on évoque le siècle précédent; alors « années 80 » n’est pas souvent ambigu ni source de quiproquos, en fait.

Dans les textes dits « littéraires », dans les livres dits « de bon niveau », il est préconisé d’écrire : « les années 1980 » ou, même mieux, « les années quatre-vingt ». La forme « années 80 » a longtemps été considérée comme relevant d’un niveau familier, populaire… C’est toujours le cas, selon certains, que l’on classera parmi les puristes. En presse, ce sentiment a évolué, et il est devenu usuel d’écrire : « les années 40 ». Certains écrivains optent volontairement pour cette forme, justement pour rester dans une tonalité populaire se rapprochant du langage parlé.

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.