Le mot du 28 mars 2018 (2)

La question du jour (et la réponse)

« Bonjour,

On entend et on lit régulièrement l’adjectif « viaire », notamment en urbanisme et architecture, pour opposer le « réseau viaire » au « réseau ferroviaire », etc. GoogleBooks montre des occurrences datant du siècle dernier. Et pourtant, il semble absent des dictionnaires monolingues et bilingues, et inconnu de certains correcteurs automatiques.
Savez-vous pourquoi ? Est-ce que le mot n’a pas été assez consacré par l’usage pour mériter sa propre définition ?
Par avance merci. »

Alors que j’ai beaucoup lu, que je lis toujours beaucoup (livres, presse…), je ne crois pas avoir jamais eu le mot viaire sous les yeux !… Pourtant, effectivement il existe, je l’ai trouvé tout à l’heure, mais ni dans le PLI ni dans le Petit Robert, c’est-à-dire dans les deux dictionnaires usuels de référence, ni même dans le Trésor de la langue française, dont les auteurs sont censés avoir dépouillé un immense corpus des XIXe et XXe siècles.

L’adjectif viaire se rapporte à tous les équipements de voirie destinés à un usage public et qui sont gérés par une collectivité. N’importe quelle voie publique, quelles que soient ses dimensions et sa fréquentation, est donc viaire

Alors, selon moi, ce terme n’a été, n’est toujours, utilisé que par un microcosme professionnel, et son emploi a été, est toujours, trop restreint pour que les lexicographes le retiennent dans les dictionnaires de référence.

Publicités

Les commentaires sont fermés.