Le mot du 19 avril 2018 (2)

La question du jour n° 2 (et la réponse)

« Bonjour,

Je m’insurge contre l’expression « développement du personnel ». Mais levée de boucliers quand j’essaie de faire corriger par, par exemple, « développement des compétences de nos collaborateurs »…. La réponse qu’on me donne est laconique : « Ça se dit maintenant ». Quand cela est employé en interne, cela peut être acceptable, mais sur un site internet professionnel je trouve que c’est incorrect !. Ai-je raison, ou suis-je la seule à penser ainsi ? Au fait, peut-on aussi dire « des personnels » (pour moi, ce terme est toujours au singulier).

Qu’en pensez-vous ? Merci. »

1° Le substantif personnel est couramment employé au pluriel, depuis des décennies, au sein de l’armée, et aussi dans l’Éducation nationale. Donc, je suppose, aussi dans de nombreux secteurs de l’Administration. Et, par contagion, au sein de grandes entreprises.

Cet emploi s’est répandu sans doute avec l’intention de nettement marquer, au sein d’UN personnel en général, au sein d’un ensemble de salariés, par exemple, des différences professionnelles et – ou – statutaires importantes. Les textes de l’armée parlent très usuellement des « personnels civils et militaires ». Ailleurs, ce sera pour faire ressortir la distinction entre « personnels enseignants et administratifs », ou entre « personnels navigants et non navigants », etc.

Cette utilisation peut évidemment choquer, mais c’est un usage très bien implanté, qui ne heurte sans doute plus grand monde dans la Grande Muette ni dans l’Administration. S’il n’y a pas obligation (pour respecter une « marche » lexicale imposée par une hiérarchie, par une direction générale, etc.) d’employer ce pluriel, on peut opter pour le singulier, tourner autrement la phrase. Mais, dans le contexte des cadres explicités ci-dessus, on peut encourir le reproche d’avoir inutilement changé des tournures correctes.

2° Par « développement du personnel », on devrait entendre « embauches, accroissement du nombre des salariés, multiplication d’antennes, d’agences, déploiement sur un territoire… » Pas le « développement personnel » des individus, des employés, des salariés… On peut établir une différence d’acception entre « développement personnel » (= acquisition de savoir, de compétences, etc., réalisée par les personnes elles-mêmes) et « développement du personnel » ( = acquisition de savoir et de compétences organisée par les entreprises, les administrations, les hiérarchies). « Développement personnel » ne serait pas adapté, tandis que « développement du personnel », entaché éventuellement d’un certain paternalisme, ne va pas non plus !

Oui, il est vrai que « ça se dit » de plus en plus souvent… et que « ça passe »… Mais on devrait parler – certes, c’est plus long à dire ! – du développement des facultés, du potentiel, des qualités, etc., du personnel……. en évitant des formulations qui pourraient être ressenties comme paternalistes, condescendantes, péjoratives.

*****

Les commentaires sont fermés.