Le mot du 29 mai 2018 (1)

La question du jour (et la réponse)

« Mai 68, les années trente, l’hiver 54… C’était en 54 ou en cinquante-quatre ?

En dix-sept ou en 17 (pour 1917) ?

Quand faut-il écrire les années en chiffres ou en lettres ? Quelle règle faut-il appliquer ?

Merci pour votre aide. »

1° On écrit : Mai 68, parce que c’est un nom propre de période historique, et quand bien même y aurait-il la mention, mais abrégée, de l’année.

Sinon, la règle est la suivante :

  • les journées de Juin, mais : les journées de juin 1848
  • la révolution de Juillet, mais : la révolution de juillet 1830

C’est-à-dire majuscule lorsque l’année n’est pas donnée, mais minuscule quand on mentionne le millésime.

2° Dans les textes, même littéraires, les quantièmes des mois et les années sont les seuls nombres qui sont en chiffres. Le bon usage consiste à écrire les années en entier : Cela se passait en 1954… Toutefois, lorsqu’il n’y a pas de confusion possible entre siècles, on tolère les abréviations, et ces abréviations familières sont même plus en situation « littéraire » dans des romans populaires, ou quand on évoque des événements et périodes historiques pour lesquels l’usage a consacré les formulations abrégées en chiffres : Mon grand-père a fait 14 !; Il me semble que les Berthier ont habité là dans les années 20-25…

Plusieurs usages existent, notamment en presse, selon les « marches maison », les « marches de travail » adoptées : encore une fois, dès lors qu’il ne peut pas y avoir de quiproquo sur le siècle, on peut écrire les années trente ou les années 30, mais, si l’on a le moindre doute quant à d’éventuelles confusions dans l’esprit du lecteur, on opte pour la précision 1880 ou 1980… !

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.