Le mot du 25 septembre 2018 (4)

Le point de grammaire du jour

 

 Les pronoms explétifs

            Les pronoms explétifs sont employés spontanément, dans la langue orale familière, pour donner plus de vivacité à des propos, pour entraîner l’attention, voire l’adhésion, de celui ou de ceux auxquels ils sont adressés.  Le locuteur manifeste ainsi son implication directe dans une action qui le concerne, qui le touche : d’où la dénomination, aussi, de « pronoms d’intérêt ».

Ces pronoms, qui ne sont pas nécessaires intrinsèquement, relèvent des première et seconde personne  (« me », « moi », « te », « vous »). Un auteur peut les employer dans un roman, dans une pièce de théâtre, dans un sketch, afin de traduire l’enthousiasme, l’engagement, l’énergie, d’un personnage. Certains, sans connotation péjorative, y voient une façon de s’exprimer propre aux Méridionaux…

Cette énorme entrecôte, je me la suis mangée en cinq sec !

            Je te l’ai secoué comme un prunier, cet arrogant fonctionnaire !

            Vous allez voir : il va encore m’attraper un rhume !

            Je te les mettrais au placard, ces politiciens !

            Mettez-moi donc tous ces pique-assiettes à la porte !

            Va me ranger ta chambre, et en vitesse !

            Qu’on m’envoie ces planqués en première ligne !

           

Dans le contexte d’une langue soutenue, où l’expressivité populaire serait malvenue, on n’emploie pas les pronoms explétifs.

*****

Publicités

Les commentaires sont fermés.