Le mot du 10 octobre 2018 (2)

La question du jour (et la réponse)

 

            « Bonjour,

           Quand on écrit « la tour » en évoquant la tour Eiffel, on écrit bien « Tour », avec une majuscule ?…   Par exemple :   « Je vois la Tour de mon appartement ». 

           Ou je me trompe, même dans ce dernier cas :   il me semblait que les monuments pris dans un sens absolu prenait la capitale initiale, même pour le « Château » (en évoquant Versailles). Et, pour la tour Eiffel, j’ai cette idée également. Si j’avais raison pour la tour (Eiffel), serait-ce une exception ? Mais je me fourvoie peut-être totalement. 

           Merci de votre réponse. 

          Bien cordialement. 

 

 

L’orthotypographie est un mélange complexe de rigueur et de souplesse (comme la ponctuation). On y trouve un grand nombre de règles fondées à bon escient sur le raisonnement et la logique, et aussi des conventions, des usages, des adaptations répondant avec finesse à différents contextes et aux intentions des scripteurs.

 

Il n’y a aucune obligation d’écrire systématiquement  « la Tour » quand on parle de la tour Eiffel.  On a le droit d’écrire : « De ma fenêtre, je vois la tour »…  Mais la graphie avec une majuscule est souvent adoptée lorsqu’un scripteur veut souligner le caractère unique de ce symbole de Paris, voire de la France.   Pourquoi pas, donc, « la Tour »,  mais, encore une fois,  ce n’est pas une obligation.

 

Il n’y a absolument aucune raison de vouloir mettre une majuscule à « château », employé seul, lorsque l’on parle du château de Versailles. (Dans un ouvrage à la gloire dudit palais, on peut tolérer, à la rigueur, la majuscule adoptée par un auteur pour « Château » employé seul, mais cette bienveillance est fort critiquable.)

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.