Le mot du 30 décembre 2018 (3)

La bourde du jour

 

Le site de Notre temps l’annonce :    Prix des timbres, la barre de l’euro franchie.

Ce qui fut un grand service de la République : la Poste (avec un l minuscule) propose, depuis que cela est devenu pompeusement « La Poste », avec deux majuscules, des services au prix du caviar, avec des tarifs de plus en plus exorbitants alors que le niveau de vie de millions de Français chute régulièrement. Et alors que les citoyens doivent assumer eux-mêmes aux machines les tâches remplies naguère par les employés…

On peut espérer que ces tarifs sans cesse en hausse permettent alors d’assurer l’emploi d’une armée mexicaine de directeurs, sous-directeurs et autres hauts cadres travaillant dans de confortables bureaux…

Or donc, selon Notre temps, les timbres rouges (lettre prioritaire) passent de « 0,95 euros »  pour  une  lettre  n’excédant  pas  20  grammes,  à  « 1,05 euros » (N.B. :   quasiment 7 francs !). Pour les timbres verts (lettre verte), le tarif passe « de 0,80 euros à 0,88 euros ». Soit une hausse de plus de 10% (qui ne sera peut-être même pas prise en compte dans le fameux, et contestable, indice des prix qui est censé refléter honnêtement l’évolution du coût de la vie…).

Sans doute perturbés et influencés par le montant de ces nouveaux prix, les rédacteurs du site en ont « rajouté », en quelque sorte, en mettant abusivement un « s » final à euro…  alors que l’on n’a pas encore dépassé 2 euros… Il faut écrire : « 1,05 euro », et même « 1,999999999999999999 euro » !

*****

 

Les commentaires sont fermés.