Le mot du 3 avril 2019 (1)

La bourde du jour

 

Un fidèle internaute m’a adressé hier le courriel suivant :

« Je ne résiste pas au plaisir de vous transférer un article qui contient cette phrase : « La poignée de fidèles s’est égayée comme une volée de moineaux. ».

            Des journalistes qui écrivent dans un français correct, on en cherche ; des journalistes qui malmènent la langue française, on en trouve. 

            Bonne soirée. »

 

Des oiseaux gais comme des pinsons peuvent sans nul doute s’amuser, se divertir, s’égayer (prononcer : « s’é-gai-yé ») !  Pourquoi pas ?… Mais, s’ils se dispersent « comme une volée de moineaux » en partant dans toutes les directions, ils s’égaillent  (verbe s’égailler,  prononcer : « s’é-ga-yé ») !

Publicités

Les commentaires sont fermés.