Le mot du 26 juin 2019 (3)

La 2e question du jour (et la réponse)

 

 

            « Bonjour, Monsieur Colignon,

Quand on donne un surnom à une personne, par exemple, on appelle la prof de maths « madame Héron » parce qu’elle a de grandes jambes, la règle des majuscules/minuscules s’applique-t-elle comme pour les noms de famille ? « Mme Héron prit la craie », ou « Madame Héron prit la craie », comme on écrirait : « Madame Soleil » ?

Et aussi, quand on appelle quelqu’un avec monsieur/madame + son prénom : « monsieur Pierre, M. Pierre »… ?

 

             Merci ! Bonne journée. »

 

 

 

 

 

On ne peut pas écrire de la même façon surnoms et patronymes, ce qui pourrait être une source de quiproquos et de contresens…

Surnom  :   « C’est Madame Héron qui va surveiller l’étude »; ou :   « C’est « Madame Héron » qui surveillait la cour de récré ».  La mise entre guillemets rend les choses plus claires…

Vrai patronyme  :   « La prof responsable est Mme Héron ».

 

N.B.:   la fameuse prétendue voyante Madame Soleil (= années 1970-1990)  s’appelait réellement Germaine Soleil.   Le jeu de  mots sur sa « raison sociale » imposa généralement la graphie « Madame »  =      Mme Soleil  fut connue sous le nom de Madame Soleil…

 

Si la connotation est familière, on peut opter pour  :   « Le café du Port était tenu depuis trente ans par « Monsieur Pierre », comme tout le monde avait pris l’habitude de l’appeler…  Pierre Rivalain, natif de Loudéac, était venu s’installer à Saint-Brieuc en 1980. »   La mise entre guillemets est à recommander…

 

 

Les commentaires sont fermés.