Le mot du 15 septembre 2019 (1)

Le janotisme du jour

 

Un fidèle internaute, manifestement hilare,  me signale qu’il a repéré ce qui suit dans le Figaro culture  :  « Un individu a dégradé Peinture. Manifestation 3 jeudi après midi, révèle Le Parisien avant d’être transféré en unité psychiatrique. Aucune information sur le montant du préjudice n’a été dévoilée par l’institution parisienne mais on l’imagine élevé. »

Drolatique janotisme, assurément, puisqu’il est affirmé qu’un journal, qu’un média, a été transféré en unité psychiatrique. Peut-être, ou sans doute, métonymie pour désigner toute la rédaction !?

La mise entre guillemets usitée naguère pour les incises avait du bon !  Ou le changement de caractère… Faute de cela, il y a obligation de reformuler la phrase :

« Un individu a dégradé Peinture. Manifestation 3 jeudi après midi », révèle Le Parisien,  « avant d’être transféré en unité psychiatrique. Aucune information sur le montant du préjudice n’a été dévoilée par l’institution parisienne, mais on l’imagine élevé. »

« Un individu a dégradé Peinture. Manifestation 3 jeudi après midi  −  révèle Le Parisien  −  avant d’être transféré en unité psychiatrique. Aucune information sur le montant du préjudice n’a été dévoilée par l’institution parisienne, mais on l’imagine élevé. »

« Un individu a dégradé Peinture. Manifestation 3 jeudi après midi, révèle Le Parisien. L’auteur des faits a été transféré en unité psychiatrique. Aucune information sur le montant du préjudice n’a été dévoilée par l’institution parisienne, mais on l’imagine élevé. »

 

 

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.