Le mot du 20 décembre 2019 (1)

La question du jour (et la réponse)

 

            « Bonjour, Monsieur Colignon,

Lisant, ce jour, mon quotidien régional, j’ai relevé, page 2, ce qui me semble être une erreur de syntaxe. Dans le dossier intitulé « Il y a 20 ans, Lothar et Martin balayaient la Touraine » suit le sous-titre suivant : « Ces deux tempêtes exceptionnelles survenues au lendemain de Noël 1999 soufflent encore dans les mémoires. Mais rien ne prouve qu’elles sont à l’origine du dérèglement climatique. »
Pour moi, il aurait dû être écrit : « Mais rien ne prouve que le dérèglement climatique soit à l’origine de ces tempêtes » !?  Qu’en pensez-vous ?
Merci pour votre réponse !

Bien cordialement. »

 

Oui, il y a manifestement un contresens, dû à une formulation à l’envers !  On aurait dû écrire : « Mais rien ne prouve, aujourd’hui encore, que le dérèglement climatique soit à l’origine de ces tempêtes ».  (Mais on a le droit de penser que cette réserve de l’auteur  est largement démentie par la multiplication des phénomènes météorologiques…)

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.