Le mot du 3 avril 2020 (3)

La question du jour (et la réponse)

 

            « Cher Monsieur,

J’espère que vous allez bien en ces temps « surréalistes »…

Je me permets de vous questionner aujourd’hui à propos de l’orthotypographie du mot « terre » dans le contexte religieux.
Si l’on écrit :  » Que la volonté de Dieu soit faite sur la Terre comme au ciel « , est-ce correct ? T majuscule et c minuscule.

Vous remerciant par avance pour votre réponse,


Prenez soin de vous ! »

 

 

Sans aucune hésitation : minuscule.  Il n’est pas question, ici, de l’astre, de la planète…   On ne dirait pas « sur Terre, sur la Lune et sur  Mars », etc. Non, cela signifie « ici-bas ».

En principe, on met également une minuscule à ciel. Mais, dans des textes dus à des croyants, certains scripteurs optent pour la majuscule, ce qui détruit l’ « égalité » entre l’ « en-bas » et l’En-haut (avec une capitale, voire deux !!) !  Mais justement, à leurs yeux, il n’y a sans doute pas cette égalité…  Les correcteurs placés devant ce problème pourront en discuter, comme d’habitude avec intelligence et finesse, avec les auteurs et/ou les éditeurs.

 

Bonne journée, en prenant également soin de vous et d’autrui.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.