Le mot du 5 avril 2020 (4)

La deuxième question du jour (et la réponse)

 

«  Bonjour, Monsieur Colignon,

Je lis actuellement un ouvrage dans lequel l’auteur s’intéresse à l’imamat dans l’Iran contemporain et qui traite de la Révolution islamique d’Iran et du rôle des Corps des Gardiens de la révolution islamique. Le concept d’imamat est le sujet principal…

Pourriez-vous me dire si l’emploi des capitales est correct ?

Les différents articles de presse que j’ai lus ne montrent aucune cohérence dans l’emploi des capitales, notamment pour « imamat ».

Je vous remercie de votre aide.


Portez-vous bien ! »

 

« Imamat » est sur le même plan que « monarchie », « empire », consulat », « dictature », république », « gérontocratie » : c’est un nom commun désignant une forme de gouvernement, de régime politique. Donc = pas de majuscule.

La « révolution islamique »  est une révolution (nom commun) menée à partir de critères religieux : « islamique » est un adjectif.  Donc = tout minuscule pour « révolution islamique »…

Les « gardiens de la révolution » :  ce n’est pas une expression qui s’applique à tout Iranien partisan de la théocratie. On pourrait dire que les commerçants de Téhéran, ou les ouvriers des usines, ou……, sont les gardiens (= les garants) du régime religieux installé par la révolution islamique.  Non, c’est une organisation bien précise, une milice aux ordres directs du « guide suprême ».  Pour éviter les contresens, on est obligé, même si cela peut sembler excessif, d’opter pour une orthotypographie particulière…

La mise entre guillemets   (les « gardiens de la révolution ») ne serait pas mal si les guillemets n’étaient pas déjà beaucoup présents dans les textes… et si cela ne risquait pas d’être pris pour des guillemets dépréciatifs mettant en cause leur sincérité en tant que gardiens du dogme.  Deux majuscules  (les Gardiens de la Révolution) seraient excessives. Il faut donc choisir entre gardiens de la Révolution et Gardiens de la révolution). Pour unifier avec « révolution islamiste », pour renforcer l’acception d’ « organisation politico-militaire portant ce nom », il vaut mieux, je pense, choisir les Gardiens de la révolution.

 


Les commentaires sont fermés.