Le mot du 27 mai 2020 (3)

 

Le mot-valise du jour

 

L’anglicisme spoiler*  s’est répandu ces dernières années, en gardant l’acception de « gâcher », notamment dans le contexte de « gâcher le plaisir d’autrui en révélant prématurément la fin d’un film, d’un thriller, d’un polar, d’un jeu, d’une intrigue en général… ». Par bêtise… ou par méchanceté !

Ceux et celles qui emploient spoiler à longueur d’articles et de propos sont-ils des « carpettes anglaises », constamment dans l’à-plat-ventrisme et le psittacisme à l’égard des anglo-américanismes ?  Ou bien, par nécessité, et faute de terme français adéquat, est-on obligé d’employer ce spoiler…  qu’on trouve très souvent déformé en « spolier » dans nombre d’articles.

On peut, aussi, se demander quelle est la prononciation adoptée par les usagers du français : « s’poiler » !?

Face à la nécessité (??) d’opposer à spoiler un verbe bien français, les Canadiens français, suivis par des Hexagonaux, ont créé le mot-valise divulgâcher.  Des commentaires sarcastiques entendus çà et là dans les médias montrent que ce terme n’est pas reçu sans réticence, certains y voyant seulement un lourd barbarisme…  Ne pouvait-on pas s’en tenir à « gâcher la fin de l’histoire (du feuilleton, du film…)  » ?

Les commentaires sont fermés.