Le mot du 1er juin 2020 (4)

Le point d’orthotypographie du jour

 

convention   n. f.

Au sens de « réunion », « assemblée », « congrès », de professionnels, de spécialistes de telle ou telle question, convention est un nom commun s’écrivant sans majuscule :

La IIe convention des orpailleurs se tiendra à Aurillac.

Les chauffeurs de taxi débattront de leurs tarifs lors d’une nouvelle convention.

La 22e convention nationale des modélistes ferroviaires.

N.B. : Les adjectifs numéraux ordinaux se composent en chiffres romains ou en chiffres arabes. On peut respecter la graphie adoptée par les organisateurs (si ceux-ci se montrent incohérents dans leurs affiches, tracts, argumentaires, il faut unifier arbitrairement). On peut montrer une certaine compréhension à l’égard d’une majuscule initiale adoptée pour des conventions de niveau national.

  • Minuscule   à   convention,   au   sens   de    « traité »,    « accord »,              « alliance », « conférence »…

La convention de La Haye

la convention de Genève

  • Majuscule lorsque l’on parle de l’Assemblée nationale qui, en 1792, succéda à l’Assemblée législative :

la Convention nationale (1792-1795)

la Convention

  • Majuscule quand, s’agissant de l’histoire de la Grande-Bretagne, on parle de l’Assemblée créée en 1688 :

Le Parlement anglais institua alors la Convention.

  • Quand il s’agit du congrès tenu par un parti, aux États-Unis, pour désigner le candidat à une élection présidentielle, l’usage flotte. Normalement, une minuscule devrait être la norme :

la convention démocrate

la convention du Parti républicain

Toutefois, lorsque l’on parle bien d’un congrès d’« ultime et unique assemblée » désignant définitivement le candidat à l’élection présidentielle américaine, la majuscule est couramment adoptée par nombre de médias.

  • Lorsque convention figure en tête de dénominations de partis politiques, d’associations, de syndicats, etc., la majuscule s’impose :

la Convention des institutions républicaines

  • En bout de ligne, on ne sépare pas convention de l’adjectif numéral ordinal (en chiffres romains ou en chiffres arabes) qui précède le mot :

C’est lors de la VIIIe/

convention nationale des notaires que l’on prit conscience de l’absurdité de certains règlements.

(Extrait du Dictionnaire orthotypographique moderne, Jean-Pierre Colignon, Centre de formation et de perfectionnement des journalistes, 35, rue du Louvre, 75002 Paris.)

 

Les commentaires sont fermés.