Le mot du 21 novembre 2020 (3)

Un mot des « poilus » de 1914-1918

trompion  n. m.

            Quasi – mot-valise (au i près) ˗ apparu, semble-t-il bien, pendant la Grande Guerre ˗, ce qui est une rareté dans le parler des « poilus » : le trompion joue de la trompette et/ou du clairon. Paul Déroulède aurait pu écrire, avec quelques années de recul : « L’air est pur, la route est large,/ Le trompion sonne la charge » ! (Cf. le Clairon, texte de Paul Déroulède, musique d’Émile André, chanson créée à l’Eldorado en 1873 par Amiati, divette qui interpréta notamment des airs patriotiques.)

(Extrait du Petit Abécédaire de la Grande Guerre, Jean-Pierre Colignon, édit. Le Courrier du livre /Trédaniel.)

Les commentaires sont fermés.