Le mot du 24 novembre 2022 (1)

La question du jour (et la réponse)

          « Bonjour, Monsieur,


          « J’espère que vous vous portez bien.
          J’ai une question de typographie qui se pose souvent. Si les titres de fonction ne prennent pas la majuscule, celle-ci est-elle justifiée pour les « départements » et « directions » ? On peut respecter une marche maison, mais en toute rigueur qu’en est-il ? (je mets ici des majuscules là où en réalité j’hésite) :
La Direction des Affaires sociales,
Le Département Qualité et Environnement,
Le directeur Qualité et Environnement.

Merci pour votre réponse et tout votre travail. »



—————————————

Extrait de mon « Dictionnaire orthotypographique moderne » (CFPJ édit.)  :

bureau   n. m.

Désignant un organisme unique dont la compétence est nationale, voire internationale, bureau prend la majuscule, alors que les autres termes restent avec une minuscule (sauf les noms propres et assimilés) :

le Bureau central de renseignement et d’action (BCRA)

le Bureau international du travail (BIT)

le Bureau des longitudes

le Bureau international de l’heure (BIH)

Quand il s’agit d’un service, d’un département, d’un organisme appartenant à l’administration qui n’a pas un niveau national, bureau reste avec une minuscule initiale, et l’on met une majuscule au(x) substantif(s) déterminatif(s) :

le bureau des Taxes indirectes

le bureau du Commerce extérieur

le bureau régional des Bois et des Forêts

Ce qui précède expose la règle généralement suivie, qui s’appuie sur la notion de la majuscule d’unicité, logique assurément. Mais la logique, ici, est limitée par la très gênante non-uniformisation des termes qui déterminent : le Bureau national des naturalisations ≠ le bureau départemental des Naturalisation [exemple inventé pour le besoin de la démonstration]. Deux logiques s’ouvrent donc à celles et ceux qui veulent obtenir des textes composés avec le plus de bon sens possible : 1° Ou bien unifier sur Bureau : le Bureau national des hypothèques / le Bureau régional des hypothèques / le Bureau communal des hypothèques, ce qui semble abusif, excessif, pour les administrations à caractère local ; 2° ou bien unifier sur le « tout minuscule » dès lors que le service administratif n’est pas de compétence nationale : travailler au Bureau national de la protection de l’enfance / travailler au bureau régional de la protection de l’enfance / être employé au bureau municipal de la protection de l’enfance… La minuscule à bureau apparaît comme insuffisante quand l’organisme est de niveau provincial, régional, départemental. Surtout aux yeux de l’Administration… et de ceux qui y travaillent, en particulier les cadres, les chefs de bureau.

Tout ce qui vient d’être dit s’applique à service, direction, office, centre, commission, délégation, caisse, conseil…

  • D’après la terminologie adoptée par l’armée française, l’État-Major général* comporta quatre bureaux (que l’on retrouvait aux niveaux subalternes) : le premier bureau, chargé des effectifs, devait être en mesure de donner très exactement la situation des unités, avec les variations subies par les effectifs et les dotations en matériel ; il traitait également les questions d’organisation, de service courant et de relations administratives avec les autorités civiles ; le deuxième bureau était chargé du renseignement et des plans d’attaque ou de défense ; le troisième bureau était chargé des opérations et de la traduction de la tactique de guerre en ordres précis pour les unités intéressées ; enfin, le quatrième bureau était chargé des transports et du ravitaillement, et devait s’occuper des questions pratiques liées aux ordres du commandement (plans de circulation, infrastructures, casernements, questions cartographiques…).

            Dans des textes spécialisés ou traitant d’histoire, on trouve aussi bien  deuxième bureau que 2e bureau, ou 2e Bureau, et les dictionnaires de référence sont divisés (la forme en toutes lettres, sans majuscule, semble majoritaire dans la littérature générale…). Le tout est d’unifier. La répartition des tâches amena la création du cinquième bureau (contre-espionnage) alors que le deuxième bureau était concentré sur l’espionnage…

Voir : ADMINISTRATION ; DIVISIONS ADMINISTRATIVES.

————————————————-

Bien cordialement.


Publicité

Les commentaires sont fermés.