Archives de Tag: Alain Rey

Le mot du 3 juin 2015

négligence 

         L’éducation nationale a le chic pour attirer l’attention, ces derniers temps. Mais  pas  pour  ses  qualités…   Je  ne  reviendrai  pas  sur  le  jargon  grotesque,  « guignolesque »  oserai-je,   des   fonctionnaires   pédants   qui  ont  rédigé   (cf.  « Phébus », chronique du 11 mai 2015) des définitions telles que : « se déplacer de façon autonome, plus longtemps et plus vite, dans un milieu aquatique profond standardisé » pour le trop simple, sans doute, « nager en piscine »…

         J’imagine combien l’ami Alain Rey a dû s’esclaffer à la lecture de ce charabia affecté, et combien Jacques Cellard, instituteur, linguiste et romancier,  qui tint avec humour et talent la chronique « Langue française » du journal le Monde – et notamment grand spécialiste de la langue populaire, de l’argot  –  se serait étranglé de rire…

       En ce début juin, les fonctionnaires de l’éducation nationale ont dû avoir les oreilles qui sifflaient : le… buzz s’est fait autour de deux grossières fautes d’orthographe laissées l’une dans la convocation aux épreuves ES du baccalauréat de l’académie de Besançon, l’autre émanant des académies de Créteil-Paris-Versailles, au sujet du « Diplôme National du Brevet » (= majuscules pleines de bouffissure, et totalement injustifiées !).

      Dans le premier cas, on a pu lire : « Aucun numéro d’inscription ne sera communiquer », et, dans le second, « L’utilisation des téléphones portables, Smartphones ou tout autre appareil électronique est interdites ». Bien évidemment, il n’est pas question de parler de fautes dues à l’inculture, à l’ignorance.   Chacun   voit   bien qu’on ne pourrait pas dire : « ne sera transmettre »,   mais   bien : « ne sera transmis », et que le sujet est au singulier : « L’utilisation »…  d’où : « est interdite ».

       Non, il y a, en l’occurrence, du relâchement, de la désinvolture, du laisser-aller, de la négligence…  Ce qui est très regrettable, fâcheux, s’agissant de textes émanant de l’éducation nationale.

       Il ne faut pas faire toute une montagne de deux fautes d’orthographe, et vouer aux gémonies, en conséquence, toute l’éducation nationale, enseignants compris. Mais le rapprochement entre les deux faits survenus à quelques semaines de distance conduit à faire le constat suivant : d’un côté, on passe sans doute beaucoup de temps à chercher midi à quatorze heures, à couper les cheveux en quatre, pour aboutir à la rédaction de textes prétentieux, amphigouriques, pédants, cuistres, alors que, d’un autre côté, on n’assure pas le minimum des règles de base, fondamentales, essentielles.

         Si les fonctionnaires de l’éducation nationale n’ont pas le coup d’œil lors de la saisie et – ou – de la relecture de leurs textes avant publication, il est alors peut-être bon de rappeler à Mme Vallaud-Belkacem qu’il existe des correcteurs-réviseurs, de vrais professionnels rompus à la relecture rigoureuse de tous textes : livres, journaux, articles sur le Web, etc.  Il n’y a jamais de honte à faire relire ses textes par d’autres paires d’yeux, dès lors que cela assure la qualité des écrits au service des lecteurs, au service des usagers de la langue française, au service des citoyens.

        Négligence vient du latin negligentia (ou : neglegentia), « insouciance, manquement, faute, péché, oubli de ses devoirs… ».

*****

La citation du jour :

            « Le sot a un grand avantage sur l’homme d’esprit : c’est qu’il est toujours content de lui ! » (Napoléon Bonaparte.)

Publicités

Le mot du 21 avril 2015

gag

         M. François Hollande, après avoir été très souvent – trop souvent, disent certains – dans la compassion, avec de nombreux déplacements  –   trop nombreux, jugent d’aucuns, qui y voient un « truc » destiné à remonter dans les sondages –,  intervient fréquemment (excessivement, aux yeux d’une partie des commentateurs), depuis quelques jours, dans des émissions de radio ou de télévision. Cette fois,  ses contempteurs lui reprochent de redevenir l’homme des « petites phrases », des blagues, des jeux de mots, qui élude les questions sérieuses et cherche à  s’attirer la sympathie des jeunes, des « bobos »…

            Naturellement, selon les convictions des uns et des autres, les avis sont très partagés. Et ce qui déplaît souverainement aux uns a l’assentiment des autres.

            Ce qui est indubitable, c’est que le chef de l’État a de l’humour, sans doute de l’esprit, et qu’il aime les calembours…  Nombre de ses propos, depuis des années, l’ont montré, et on peut l’imaginer en « usine à gags ».

            Gag est un mot qui a la particularité d’être un palindrome (terme se lisant de gauche à droite comme de droite à gauche : radar, ressasser, elle, kayak, Laval, Noyon, tôt, serres…). C’est un mot anglais remontant au XVIe  siècle, qui a pris au XIXe la signification d’ « histoire drôle », puis, comme le mentionne Alain Rey dans son passionnant Dictionnaire historique de la langue française (Le Robert), celles de « partie d’un dialogue improvisée par un acteur » et, en anglo-américain, d’ « objet de moquerie ».

            Au cinéma, gag a pris aux États-Unis, dans les années 1920, l’acception spécialisée de « réplique drôle », puis d’ « effet comique créant une situation cocasse » qui doit provoquer la surprise et faire éclater de rire les spectateurs. Un gag ne doit donc pas être « téléphoné » !

            Il appartient aux scénaristes, aux dialoguistes, de concevoir les gags pour donner du piment à une histoire risquant d’être trop fade, à un scénario manquant de vivacité… Mais de plus en plus, notamment aux États-Unis, on fait appel à des gagmen (singulier : gagman), royalement rémunérés.

            Les gagmen ou « hommes à gags »  –  on n’ira pas jusqu’à « tueurs à gags », même s’ils font… mourir de rire  –  sont d’authentiques professionnels, dont le travail consiste à inventer ou à adapter des effets comiques, uniquement visuels parfois.

           Des ponts d’or sont consentis de nos jours, répétons-le, aux gagmen les plus en vue, les plus inventifs, qui concoctent des gags d’une grande drôlerie, des gags tordants, c’est-à-dire… impayables !

 

*****

La citation du jour :

 

            « Il y a des gens qui parlent, qui parlent…jusqu’à ce qu’ils aient quelque chose à dire » (Sacha Guitry).

Le mot du 28 janvier 2015

caracoler

            Le succès de certains mots et expressions ne se dément pas au fil des lustres (= périodes de cinq ans) ou des décennies (= périodes de dix ans)  – que l’on ne doit pas confondre avec les décades, périodes de dix jours.

            Les médias usent ainsi constamment de « caracoler en tête des sondages » au sujet d’un parti politique ou d’un homme ou d’une femme politique.  Étant donné le désamour dont pâtissent – et non « jouissent » : attention aux mauvais emplois des termes ! – les politiciens et politiciennes de tous bords (ou : tout bord), le recours à cette expression devient quasiment une impropriété. Caracole-t-on vraiment, avec seulement 30 ou 35 % des voix, quel que soit le parti politique, si en vérité ce sont les abstentionnistes qui l’emportent nettement, avec 40 ou 50 % des inscrits ?… Oui, sans doute, si tous les mouvements concurrents arrivent péniblement aux alentours de 10 %.  Mais c’est un abus de langage, une impropriété, si les principaux adversaires ne sont qu’à 3 ou 4 % derrière… et si le second tour verra, selon toutes probabilités, la défaite du prétendu « caracoleur » !  Les guillemets sont volontaires, car je pratique moi-même ici  l’abus de langage – calembour : selon le Trésor de la langue française, le caracoleur est « une personne un peu bohème, un peu débauchée », du type « noceur, viveur ».

            En fait, cet abus de langage est dans bien des cas… volontaire : pour faire le « buzz », pour attirer le lecteur, l’auditeur, le téléspectateur, pour transformer en événement censé être extraordinaire un résultat prévisible (pas besoin d’être de soi-disant politologues, il suffit d’être dans la « vraie vie »). Peut-être, chez certains, y a-t-il la volonté d’effrayer les électeurs, en laissant entendre que l’élection est jouée et que le second tour confirmera les résultats du premier s’il n’y a pas rassemblement des adversaires. À l’inverse, certains en rajouteront, par l’emploi de caracoler, pour inciter les abstentionnistes à voler au secours de la victoire, en rejoignant ceux qui dès le premier tour ont fait le « bon choix »…

            Alain Rey (que je remercie encore d’avoir été mon parrain d’intronisation au sein de l’académie Alphonse Allais, il y a huit jours), ainsi, avait retenu caracoler comme thème d’une de ses chroniques diffusées sur France Inter dans les années 1995. Un verbe qui « manifeste une belle vitalité expressive ». Et le linguiste poursuivait : « Caracoler évoque pour nous un cavalier qui fait piaffer sa monture ; un inconscient mélange avec cavalcade, cabrioler et galoper donne au verbe un dynamisme ostentatoire ».

            Caracoler  est  un  terme du domaine de l’équitation, dont l’acception est : « exécuter une succession de voltes et de demi-voltes à droite et à gauche, de courbes  et  de  contre-courbes ».  Alain Rey  estime  que  le  latin    conchylium, « coquille », est peut-être à l’origine du mot, et rattache caracoler à l’espagnol caracol, qui, « probablement par altération de mots occitans, cagarol et autres variantes, telle la cagouille poitevine », désigne l’escargot, le colimaçon… et sa coquille à spirales. Alain Rey ajoute que l’on a dit d’un escalier en colimaçon qu’il « caracolait » !

            Dans son journal, Stendhal écrit : « Le prince de la Paix [il s’agit de Manuel Godoy, 1768-1851], qui a été simple garde du corps,  plus puissant que le roi  en Espagne parce qu’il caracole la reine ». Chacun aura compris la signification…

 

———-

Ajout à un précédent « Mot du jour ». –  J’aurais dû mentionner dans confetti la définition qu’en donne, dans le désopilant Dictionnaire ouvert jusqu’à 22 heures (Le Cherche-Midi édit.), l’un des auteurs de l’Académie Alphonse Allais, Jean-Pierre Delaune : « Petit cercle de papier coloré que l’on jette par poignées en période de fête ou de réveillon. À l’imitation d’Alphonse Allais, qui imagina les confettis noirs pour personnes en deuil, les membres de l’Académie Alphonse Allais préconisent les confettis en fonte pour les carnavals sado-masochistes ».

 

*****

Dictées et autres événements prochains :

 

Mercredi 11 février,  à 14 heures, à la Mairie du 7e arrondissement, 116, rue de Grenelle, premier « Salon de la langue française du 7e arrondissement ». Ce Salon, que la Mairie du 7e m’a demandé de concocter avec ses services culturels, se composera des animations suivantes :

Une dictée, à 14 heures. S’inscrire auprès de moi : jp.colignon@orange.fr ou au 06 07 59 17 08. Dans la limite des places disponibles, les personnes non inscrites pourront le faire le jour même, à la mairie.

A la même heure, dans une autre salle, l’ami Claude Turier, dessinateur caricaturiste, qui fut pendant plusieurs années le rédacteur en chef de l’almanach Vermot, membre de l’Académie Alphonse Allais, animera un jeu particulièrement destiné aux juniors, autour  des expressions de la langue française.

Pendant la correction de la dictée, séance drolatique,  et interactive avec le public, de dictionnaire, menée par plusieurs membres de l’Académie Alphonse Allais et dirigée par Xavier Jaillard, rédacteur en chef du dictionnaire mentionné plus haut.

Notamment en direction des plus jeunes, mais pas seulement, dans une autre salle : spectacle par une conteuse.

Jeu-concours autour de la littérature française (rédigé et animé par J.-P. Colignon).

***

Samedi 7 mars, à 14 heures : dictée de Sèvres (92), au Centre international d’études pédagogiques. Inscriptions et renseignements : jp.colignon@orange.fr ou au 06 07 59 17 08.