Archives de Tag: arme

Le mot du 9 juin 2014

Braquage

            Les jours fériés ˗ et plus particulièrement les longs « ponts » ˗ sont propices aux cambriolages et aux braquages, compte tenu de l’affectation à la circulation d’effectifs importants de policiers et de la présence souvent réduite en nombre des employés des magasins… Illustration de ce constat : un homme seul, porteur d’une arme d’épaule qu’il avait dissimulée dans un sac, a facilement pu maîtriser, en cette Pentecôte, l’unique employée d’une bijouterie parisienne, et faire main basse sur des montres de luxe. Après avoir enfermé la vendeuse dans la salle du coffre, il est parti… par le métro ! Le montant du butin serait très important.

            Le mot braquage est revenu très souvent dans l’actualité, en France, notamment à propos de bijouteries-joailleries qui ont été dévalisées ces derniers mois. La multiplication des agressions de commerces justifie évidemment l’emploi récurrent du vocable, mais, si celui-ci est utilisé si constamment, c’est aussi parce qu’il n’y a pas pléthore de synonymes ni de mots de sens très voisin ! Un braquage est, précisément, une attaque perpétrée avec la menace ou l’usage d’une arme. Les termes les plus approchants sont sans doute l’anglicisme hold-up et attaque à main armée, cambriolage à main armée.

            Attaque et cambriolage tout court ne conviennent pas, chacun en conviendra. En revanche, « braquage à main armée » est donc un pléonasme, tandis que « braquage à la voiture-bélier » est admissible dès lors qu’il y a bien conjonction de l’emploi d’un véhicule pour enfoncer une porte et/ou une vitrine, puis attaque à main armée.

            Braquage a certainement encore une connotation familière, populaire, mais qui tend à s’estomper.

            Braquer une voiture, c’est orienter les roues directrices du véhicule dans une direction voulue… Mais c’est le conducteur, l’automobiliste, que l’on braque, quand on cherche à voler sa voiture ; « braquer une voiture » est dans ce cas du langage populaire, mais fort usuel, du même genre que « braquer un magasin »… Si l’on oriente une arme, si on la dirige sur quelqu’un, on la… braque sur cette personne : pour faire un braquage, par exemple.