Archives de Tag: Artémis

Le mot du 6 mars 2015

cautère

        Emprunté au grec kautêr, -êros, « fer brûlant », ou kalein, « brûler », via le latin, cautère désigne, en médecine, un instrument porté au rouge qui permet de brûler des tissus malsains – voire gangrenés –, et de nettoyer une plaie.

           La cautérisation peut également être obtenue grâce à des agents chimiques.

          Par extension, et au figuré, cautérisé(e) a été employé au sens de « rendu(e) insensible » : une conscience cautérisée. L’expression semble bien être sortie de l’usage… mais pas ce qu’elle exprime !

          Cautère a aussi été utilisé pour désigner la plaie ainsi traitée, mais cela semble tombé en désuétude… En revanche, et nous rejoignons ainsi l’actualité, le terme est fréquemment repris dans l’expression (c’est) un cautère sur une jambe de bois.

            Comme on peut l’imaginer, appliquer un cautère sur une jambe de bois désigne une action ridicule, parce qu’inopérante, inefficace… Les membres de l’opposition, sinon des sympathisants ou alliés politiques déçus, dénoncent régulièrement le « robinet d’eau tiède » d’un chef d’État, d’un président du conseil, d’un ministre…, qui « bottent en touche » dès qu’un problème important surgit, et se contentent d’un discours lénifiant et d’engagements (sic) creux.

            L’inefficacité est la même quand les coups de menton à la Mussolini, les discours véhéments et les grands effets de manches sont constamment, ou presque, suivis de reculades… Là encore, la montagne accouche d’une souris, et les demi-mesures, ou « mesurettes » sans portée réelle, justifient  le recours fréquent à l’expression susmentionnée. On suggérera toutefois à des commentateurs professionnels soucieux de varier leur vocabulaire, et, ainsi, de captiver l’attention du grand public, de recourir de temps à autre à des variantes moins rebattues.

            Ainsi, est-ce qu’une phrase comme : Votre décision aura autant d’effet qu’un moxa sur une jambe de bois ! »  ne serait pas plus attrayante tout en en disant autant ?  En effet, un moxa est un bâtonnet ou une petite branche d’armoise – plante herbacée, l’armoise (ou « plante d’Artémis ») offre différentes vertus médicinales, selon ses variétés – qui, dans la médecine traditionnelle chinoise, est brûlé au contact de la peau afin d’obtenir des résultats comparables à ceux de l’acupuncture. Appliquer ce bout de bois sur une jambe du « même métal » a la même efficacité que notre fameux cautère !

Publicités