Archives de Tag: Cicéron

Le mot du 13 mai 2016 (2)

La bévue du jour  +  la citation du jour  +  le proverbe du jour  +  le trait d’esprit du jour

La bévue du jour

            Dans un épisode de la série policière allemande « Un cas pour deux », sur France 3, ce  vendredi 13 mai, un père revendiquant le droit de voir sa fille dit à son ex-épouse : « Elle est autant ta fille que la mienne ! », ce qui n’est pas logique… Le personnage devrait dire : « Elle est ma fille autant que la tienne ! ».

 

*****

 

La citation du jour

            « Il en est de l’administration de l’État comme d’une tutelle qui doit être gérée dans l’intérêt des pupilles, et non dans celui des tuteurs. »

                                                                                                    (Cicéron.)

 

*****

 

Le proverbe du jour

            « Le sucre ne sert à rien quand c’est le sel qui manque. »

 

*****

 

Le trait d’esprit du jour

            Lors d’une conférence internationale tenue dans les années 1920, le Britannique Lloyd George, réputé excellent orateur, persifla l’éloquence d’Aristide Briand, alors ministre des Affaires étrangères, en glissant : « Du sublime au ridicule, il n’y a qu’un pas… ». La reprise de volée fut cinglante : « Je le sais, on l’appelle le pas de Calais ! ».

le mot du 22 juillet 2015

Mercredi 22 juillet 2015

La question du jour :

            « L’expression « s’en donner à cœur joie » me fait douter de l’accord du participe… Ma phrase exacte est : « Ils s’en sont donné(s) à cœur joie ». Doit-on considérer le « s’ » comme complément d’objet indirect, et donc ne pas faire l’accord, ou bien considérer que ce pronom est inanalysable, et donc faire l’accord avec le sujet ? Je penche plutôt pour la seconde solution, mais, dans le doute, je préférerais avoir votre avis. »

 

            Donner n’est pas un verbe essentiellement pronominal.  C’est un verbe transitif pouvant avoir des compléments d’objet directs et des compléments d’objets indirects.

            Le cas que vous citez peut assurément susciter la perplexité quant à la nature et au statut du en…  Un en qui a toujours bien souvent embêté les linguistes et grammairiens quand il a fallu l’analyser. On raisonne de la façon suivante : « ils ont donné à s’ » (complément d’objet indirect)  « de cela » (en), également indirect. Donc invariabilité.

*****

 

La citation du jour :

« On ne peut rien dire de si absurde qui n’ait déjà été dit par un philosophe. » (Cicéron.)