Archives de Tag: comma

Le mot du 16 juin 2014

Coma

             « À vaincre sans péril on triomphe sans gloire… » : même si l’équipe de France de football a fourni un bon match dimanche soir, sortant ainsi du coma en compétition mondiale aux yeux de ses supporteurs à bon droit enthousiastes, il n’en est pas moins vrai que ce fut face à de calamiteux Honduriens plus prompts à agresser leurs adversaires qu’à taper dans le ballon. Avant de reparler des footballeurs français dans nos « mots du jour », nous attendrons donc des matchs plus assurément probants.

            En revanche, le mot coma mérite, apparemment, d’être mis en exergue, par les nouvelles concernant le pilote automobile allemand Michael Schumacher… Sa « porte-parole », Sabine Kehm, a en effet diffusé lundi 16 juin un communiqué qui, semble-t-il (il faut rester prudent, toutefois), annoncerait une sensible (?) amélioration de l’état de santé du champion de formule 1 : celui-ci, qui « n’est plus dans le coma », «  a quitté le CHU de Grenoble pour continuer sa longue phase de réadaptation, qui ne se déroulera que dans le cadre privé ».

            Michael Schumacher a donc été transféré en Suisse, au Centre hospitalier universitaire de Vaud, à Lausanne.Le porte-parole de cet établissement, Darcy Christen, n’a apporté aucune information précise sur l’état de santé du pilote, se bornant à déclarer que « sa famille est avec lui, dans un espace aménagé spécialement pour préserver leur intimité et pour assurer les meilleurs soins possibles ».

            La première datation de coma (mot issu du grec, « sommeil profond ») au sens de « état léthargique » – c’est-à-dire de prostration avec perte de conscience, de sensibilité, de motricité volontaire – dans un contexte médical, remonte au milieu du XVIIe siècle. Le substantif féminin comathérapie désigne une démarche consistant à plonger, à maintenir, les personnes dans un état de coma à des fins thérapeutiques.

            Attention à ne pas confondre, orthographiquement, avec comma, terme de musicologie désignant un très petit espace de la valeur du cinquième au dixième de ton ! Le Dictionnaire de l’Académie française, en certaines de ses premières éditions, mentionnait l’existence, en langage d’imprimerie, du comma, « une espèce de ponctuation qui se marque avec deux points l’un sur l’autre ». Le deux-points, quoi !

            Il ne fait pas de doute que, en un sens figuré mais bien concret pour eux, hélas, un grand nombre de Français souhaitent que le pays sorte de son profond coma économique et social…

Publicités