Archives de Tag: Communauté européenne

Le mot du 24 janvier 2015

trublion

            Le parti de la gauche radicale Syriza d’Alexis Tsipras devrait l’emporter nettement aux élections législatives organisées en Grèce demain 25 janvier… Voulant mettre fin à la politique austéritaire (voir le « Mot du jour » du 21 janvier) imposée par la « troïka » Union européenne – FMI – Banque centrale européenne, et qui asphyxie exagérément les Grecs, ce mouvement s’annonce comme un trublion très combatif.

            Sinon révolutionnaire, sauf aux yeux des plus conformistes des députés et fonctionnaires européens, Syriza se présente à tout le moins comme l’empêcheur de tourner en rond, un agitateur, un fâcheux, un importun, un parasite, un sacré perturbateur… Employer trublion peut sembler alors inadéquat, inapproprié.  En fait, le terme est différemment connoté, et il faut y prendre garde. Parfois, on voudra y mettre – ou l’on ressentira – une bienveillance un peu trop clémente (excessive, peut-être ?) à l’égard de quelqu’un, ou d’un groupe, qui joue les provocateurs et qui sème un joyeux… désordre, disons. En d’autres circonstances, la tolérance ou la compréhension seront moindres, et la condamnation plus affirmée. Le vocable sera alors manifestement utilisé pour fustiger un contestataire virulent, un agitateur plus qu’enquiquinant.

            Dans l’usage contemporain, trublion, quelles que soient les circonstances, est quasiment toujours utilisé avec une nuance de patience, d’indulgence, de mansuétude, voire de complaisance : Le trublion, tapi au fond de la classe, lançait sur ses camarades des boules de papier  ;  Ce trublion du PAF multiplie à l’antenne les blagues de potache  ; En prenant quinze minutes au peloton, y compris au leader de son équipe, ce trublion perturbe la tactique élaborée par chacun.

 

Un tiers de trombidion, un tiers de ludion et un tiers d’histrion

Anatole Thibault, plus connu sous son nom d’écrivain : Anatole France, ne dédaignait  pas  les  jeux de mots érudits… C’est ainsi qu’à partir du sobriquet de « Gamelle » donné au duc Philippe d’Orléans (1869-1926) il inventa trublion.

          Né en Grande-Bretagne, Louis Philippe Robert d’Orléans sera le prétendant orléaniste au trône de France, de la mort de son père, en 1894, à son propre décès, en 1926. Il aurait, en cas de restauration de la monarchie à son profit, régné sous le nom de Philippe VIII… Interdit de séjour en France en raison de la loi d’exil, il souhaite néanmoins faire son service militaire. Sans doute à la fois par convictions personnelles et pour renforcer son aura politique.

         Il pénètre donc illégalement en France, et va se présenter, le 2 février 1890, à la mairie du VIIIe arrondissement, puis au ministère de la Guerre. Des deux côtés, c’est une fin de non-recevoir (polie, sans doute). Le soir même, il est arrêté au domicile d’un de ses plus fervents « supporters » : le duc de Luynes, et incarcéré à la Conciergerie. Dans la foulée, il est condamné à deux ans de prison et envoyé à Clairvaux dès le 25 février ! Mais l’État républicain est aux petits soins : dans son… appartement-prison, et sous la surveillance probablement débonnaire et discrète d’un gardien personnel,  le prisonnier peut recevoir sa mère,  ses  maîtresses,   et  se  faire  livrer  de  très  riches  repas  fins.  Tout  cela – notamment le dernier point – est largement rapporté par la presse, et le duc et son entourage prennent conscience du discrédit qui pourrait en résulter. Philippe d’Orléans fait alors savoir tous azimuts qu’il ne veut que « la gamelle du soldat », ce qui suscite lazzis et quolibets et lui vaut, en tout cas momentanément, le surnom de « Gamelle ».

      Ce gêneur de prétendant orléaniste qui vient jeter la perturbation en sollicitant le droit de faire son service militaire est un vrai fauteur de troubles. Le  fin  érudit Anatole France va donc transformer ce surnom de « Gamelle » en « Trublion ». Pour cela, il va se référer au grec trublion et au latin trublium, d’où l’on avait tiré, en français, truble, « assiette, bol, plat… gamelle ». La proximité de trouble justifiait le calembour : « Gamelle » est un fauteur de troubles !  Un trublion, donc. C’est même « Trublion », autre surnom attaché à sa personne.

      Toujours avec une majuscule, Trublion(s) va désigner les agitateurs royalistes et nationalistes pendant l’affaire Dreyfus (le duc d’Orléans étant lui-même antidreyfusard) : « La fleur du nationalisme français, l’élite de nos Trublions… » (Anatole France, Sur la pierre blanche).

            Amnistié par le président Sadi Carnot, le joyeux prisonnier de Clairvaux sera reconduit à la frontière suisse le 4 juin de la même année. Il ne reviendra plus en France.

            Agaçant comme la larve (aoûtat) du trombidion, agité comme un ludion, cabotin comme un histrion, tel est assez souvent le trublion !

*****

            Message aux fidèles des dictées : la dictée de Sèvres (Hauts-de-Seine), au Centre international d’études pédagogiques, aura bien lieu, dans quelques semaines, mais la date n’a pas pu être fixée encore.  Ce devrait être chose faite dans les huit-dix jours.

Publicités