Archives de Tag: Concarneau;ville close;majuscules;

Le mot du 25 octobre 2019 (3)

La question du jour (et la réponse)

 

            « Bonjour, Monsieur Colignon, 

            Le spécialiste de la majuscule n’aura aucune difficulté à résoudre un petit différend à propos de l’appellation bien connue du cœur de ville de Concarneau : la « ville close ».

            Soit la phrase : « Nous arrivâmes donc à midi devant la Ville Close … ». 

  • Faut-il deux minuscules : c’est ce que je trouve dans le Petit Robert des noms propres.
  • Faut-il deux majuscules ? Version des Concarnois.
  • Faut-il une seule majuscule à Ville, comme à Ville rose ou Ville sainte ?

 

            Merci pour votre aide. À bientôt.

            Cordialement. »

 

Chacun sait quel est mon attachement à la Bretagne, et je connais particulièrement Concarneau pour des raisons familiales (un beau-frère y fut marin pêcheur).  La graphie  chauvine, excessive,  Ville Close est à rejeter : à part quelques exceptions, la norme en français, quand on a, dans l’ordre, l’association  nom + adjectif, est de mettre une majuscule uniquement au substantif : « la Cité interdite,  le Quartier latin » (autrefois, ce fut l’inverse, quartier Latin, par rattachement à la catégorie « mont Blanc, océan Atlantique, péninsule Ibérique »).

La graphie  ville close  n’est pas très satisfaisante, parce que sa banalité peut faire disparaître l’acception particulière et laisser entendre que l’on parle de la totalité de la commune.   La version avec guillemets  « ville close »  est  plus  acceptable.  Mais je crois que la meilleure version est : la Ville close,  en romain dans le romain, sans guillemets.

N.B. : les soulignés ne signifient pas une mise en italique.