Archives de Tag: Coran

Le mot du 15 janvier 2015

miséricordieux

            Dans le Coran – en tout cas, et, sauf erreur, dans toutes les versions en français que l’on peut consulter sur internet à défaut de disposer d’une version livresque –, Allah est constamment dénommé comme étant « le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux ». Ainsi dès le prologue ou ouverture (Al-Fatiha) : « 1. Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux , 2. Louange à Allah, Seigneur de l’Univers , 3.  Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux » (trois premiers versets de la première sourate).

            Ces versions en ligne du Coran sont cautionnées, sauf erreur là aussi,  par des autorités du culte musulman.

          Si le mot français miséricordieux traduit bien exactement la notion du terme arabe, alors Allah est un dieu constamment bon et clément, indulgent, qui pardonne généreusement. La miséricorde est, en religion, la bonté par laquelle Dieu fait grâce aux hommes…

            La miséricorde ne doit pas s’observer qu’à l’égard des adeptes de la religion que l’on pratique soi-même si l’on est croyant. Sinon, ce n’est plus… la miséricorde ! Les vrais croyants d’une religion dont le dieu est proclamé comme étant « le Tout Miséricordieux » sont obligés de pratiquer eux aussi la miséricorde, la tolérance, la bonté. De la même façon que les fidèles d’une religion… pacifique ont droit, dans un État laïque, seul garant des libertés d’expression et d’opinion, à la tolérance et à l’exercice de leur culte. De même ont droit au respect les athées, les libres penseurs, les libertaires pacifistes… !

           Ceux qui éventrent des femmes enceintes, enlèvent et violent des écolières, des adolescentes et des femmes, ensuite vendues et réduites à l’esclavage (il est peut-être bon de rappeler ici que les Européens ne furent pas les seuls ni les premiers à pratiquer, en Afrique, cet immonde esclavage des personnes de race noire), massacrent dans des conditions atroces tous ceux qui ne partagent pas leur fanatisme, ne peuvent pas se réclamer du « Tout Miséricordieux ». En plus d’être des fascistes, des racistes et des machistes, ce sont des mécréants.

            Un peu de vocabulaire, et pour terminer sur une note humoristique – l’humour faisant absolument partie de la liberté d’expression, qui s’arrête, comme chacun sait (?), où commence celle d’autrui : on appelle miséricorde une petite saillie sous une stalle d’église, saillie permettant astucieusement de s’appuyer lorsque le siège est relevé ; la personne donne ainsi l’impression d’être debout !