Archives de Tag: Déclaration des droits de l’homme et du citoyen

le mot du 20 août 2014

civilisation

               Barbarie, atrocité, horreur, primitivisme, monstruosité, sauvagerie, bestialité, fanatisme, inhumanité… : l’actualité internationale est marquée par des faits et événements qui s’opposent aux notions de civilisation, de tolérance, d’humanisme, d’égalité entre les êtres humains, d’éducation, d’instruction et de culture…

            Même si elle n’échappe peut-être pas aux critiques et aux remarques, surtout vue a posteriori, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (Constitution du 24 juin 1793) – que l’on peut lire, par exemple, sur le site du Conseil constitutionnel – énonce des principes qui, eux, s’inscrivent dans la volonté d’établir et de maintenir une société civilisée, juste, éclairée, intelligente, sensée. C’est-à-dire une résolution incompatible avec la veulerie, l’avachissement et l’angélisme.

            Rappelons donc quelques-uns des articles, qui devraient pouvoir être ratifiés, et appliqués, dans le monde entier :

Article 3. – Tous les hommes sont égaux par la nature et devant la loi.

Article 6. – La liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui : elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu’il te soit fait.

Article 7. – Le droit de manifester sa pensée et ses opinions, soit par la voie de la presse, soit de toute autre manière, le droit de s’assembler paisiblement, le libre exercice des cultes, ne peuvent être interdits.

Article 22. – L’instruction est le besoin de tous. La société doit favoriser de tout son pouvoir les progrès de la raison publique, et mettre l’instruction à la portée de tous les citoyens.

Article 30. – Les fonctions publiques sont essentiellement temporaires ; elles ne peuvent être considérées comme des distinctions ni comme des récompenses, mais comme des devoirs.

Article 31. – Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impunis. Nul n’a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens.

          L’imperfection des êtres humains et l’organisation de la société font sans doute que le mot civilisation ne désigne pas, dans la réalité, un univers parfait, ayant trouvé le juste équilibre entre liberté et égalité, entre droits et devoirs. Mais il s’agit sans doute d’un objectif utopique, irréaliste… Assurer le plus haut degré possible dans le domaine des relations pacifiques entre peuples et individus, dans le domaine du savoir, des connaissances, de l’éducation, des idées, des arts ; contribuer sans cesse au développement social, matériel et intellectuel, dans le respect des libertés individuelles, de LA liberté, tout cela est en revanche un combat possible en faveur d’un but à perfectionner sans relâche et s’appelant civilisation.

         Alors que le Secours populaire (mais ce n’est pas la seule association caritative à organiser de telles actions) emmène des milliers d’enfants à la plage, notamment, dans le cadre de sa Journée des oubliés des vacances, c’est l’occasion de mentionner une phrase de Romain Rolland souvent reprise comme « devise – programme » par cette association. Une phrase qui s’inscrit dans le souhait d’instaurer un monde humain et civilisé : « Hommes de demain, soyez plus heureux que nous. Plus heureux parce que meilleurs ; meilleurs parce que plus heureux. ».