Archives de Tag: Elise Lucet

Le mot du 12 janvier 2015

pleurnichard 

        Gérard Briard, rédacteur en chef du prochain numéro de Charlie Hebdo, a déclaré, notamment, à Élise Lucet, sur France 2 : « On n’a pas envie de faire un numéro pleurnichard, on va essayer de rire, parce que c’est ce qu’on sait faire le mieux. On va essayer d’exprimer nos idées, c’est-à-dire toute la rédaction, y compris ceux qui ont été décimés. » (Il n’est évidemment pas question de se montrer cuistre et odieux, en faisant des remarques de puriste sur l’emploi, ici, de décimer…) Le journaliste déclarait par ailleurs que les lecteurs habituels devaient retrouver leur journal, et qu’il fallait que ceux qui vont l’acheter et qui ne le faisaient pas d’habitude « sachent  sur quoi ces fascistes religieux ont tiré ».

      Le courage de l’équipe est donc à la hauteur de sa peine. La détresse de Patrick Pelloux, arrivé sur les lieux juste après la tuerie et qui a pris de plein fouet la vision du carnage, a dû bouleverser toute la France… sauf les admirateurs, voire les soutiens actifs, des assassins. L’intense chagrin empreint de dignité de « Coco », illustratrice rescapée, invitée du « 28 minutes » d’Élisabeth Quin, sur Arte, était vraiment des plus impressionnants. « Il ne faut pas céder », déclarait la jeune femme.

        Pas de pleurnicheries, donc, car on ne défend pas la Liberté, les libertés DE TOUS, les droits de l’être humain, par des jérémiades, des geignements et des lamentations.

      Dérivé de  pleurnicher (qui viendrait du normand pleurmicher, « pleurer pour peu de chose »),  pleurnichard(e)  est  du même registre   familier  que  pleurnicheur (-euse), mais plus péjoratif, plus méprisant, et, cela, plutôt comme substantif que comme adjectif.  Un gamin pleurnicheur ne sera pas moins agaçant qu’un gosse pleurnichard ; un texte pleurnichard n’est pas plus geignard qu’un texte pleurnicheur… En revanche, un pleurnichard  est considéré comme plus gémisseur qu’un pleurnicheur. La variante pleurnicheux est sortie de l’usage depuis longtemps.