Archives de Tag: jeu-concours

Le mot du 27 juillet 2015

Second rappel du 27 juillet 2015 :

Vous avez jusqu’au 31 juillet minuit pour envoyer vos réponses au concours de juillet, dont nous rappelons ci-dessous les conditions et les 3 questions :

 

Les 3 (trois) premières personnes qui répondront exactement aux trois questions de juillet recevront des prix en livres, ainsi qu’une quatrième personne, tirée au sort parmi les autres internautes ayant également donné les trois réponses correctes. Ces réponses exactes doivent nous parvenir avant le 31 juillet à minuit.

 

1°  Dingbat (rébus sans dessin) :

John FoRd,  PeteR O’Toole, BRam StokeR, GeoRge BeRnaRd Shaw

 

2° Quelle abréviation familière, homonyme d’un nom de profession, désigne le haut fonctionnaire français chargé d’un certain archipel où il peut voir des gorfous, des pétrels, des skuas, des manchots… ?

 

3°  Quelle plante herbacée, ayant en fleuristerie la symbolique de « constance du cœur », a donné son nom à un bleu mauve ?…

 

Publicités

Le mot du 25 septembre 2014

cafouillage

            Qu’il s’agisse du non-repérage de trois supposés « jihadistes » de retour en France, ou des annonces contradictoires concernant les discussions et négociations à Air France, le mot cafouillage s’est retrouvé dans tous les médias ! Un terme qui semble bien anodin pour qualifier un dysfonctionnement des plus fâcheux alors qu’il s’agit, dans le premier cas, de sécurité du territoire et des citoyens… Dans le second cas, faute d’avoir le fin mot de l’affaire pour l’instant, on peut hésiter entre une annonce inconséquente vendant la peau de l’ours avant qu’il ne soit tué, ou bien une pseudo-maladresse cachant en fait une bonne vieille astuce politicienne consistant à mettre en difficulté une des parties dans un conflit social, en lui prêtant avec certitude telle ou telle intention.

            Alors que les mesures de sécurité en France sont censées être renforcées face aux menaces accrues d’actes de terrorisme, d’attentats, ces trois personnes expulsées de Turquie vers l’Hexagone ont pu débarquer à Marseille tranquilles comme Baptiste et s’évaporer dans la nature… alors qu’elles s’attendaient à être interceptées ! Elles se sont même, ensuite, payé le luxe ironique de se signaler et d’aller se présenter à une gendarmerie…

            L’ « excuse » consistant à faire porter la responsabilité de cette énorme bourde sur la Turquie en raison, certes, d’un manque de communication à propos d’un changement d’avion ne saurait masquer la panne calamiteuse du système de contrôle Chéops, censé centraliser (est-ce bien sûr ?…) la totalité des fichiers de toutes les forces de police, de gendarmerie, etc. On a vu, sur une chaîne de télévision, un responsable policier dénoncer la fragilité dudit système…

            Cafouillage n’est donc pas ici le seul mot qui convienne – non plus qu’impéritie ou incompétence, ce qui serait outrancier et injuste – alors que l’on est en présence d’une insuffisance des moyens et des procédés.

            En ce qui concerne le conflit social à Air France, s’agit-il d’un cafouillage gouvernemental de plus, avec l’annonce apparemment hasardeuse, par le secrétaire d’État aux Transports, de l’abandon par la direction d’Air France du projet d’extension en Europe de la filiale low cost  Transavia ?… Ou est-ce « seulement » un communiqué volontairement précipité afin de contraindre les dirigeants de la compagnie aérienne, mis ainsi en état de faiblesse, à céder ?…

            Cafouiller est un verbe venu du picard et du wallon, verbe-valise issu du croisement de cacher et de fouiller… Sa signification recoupe en partie bafouiller, et dans le langage populaire a été inventée la variante cacafouiller, « dire des âneries, des bêtises », ce qui pourrait alors très bien se dire… « gagafouiller » !  :o))

****

            Jeu-concours de septembre : Avec un retard exceptionnel, voici les 3 questions-jeux du concours de septembre. Exceptionnellement aussi, elles sont mentionnées à la suite du « mot du jour ». Vous avez jusqu’au 10 octobre pour envoyer vos réponses.

            Question-jeu n° 1

            Comment nomme-t-on la peur panique de la neige ?…

            Question-jeu n° 2

            Dingbat à déchiffrer : lebellebellebellebellebellebellebellebellebellebel

            Question-jeu n° 3

            Soit la liste : sorcière – fièvre – prélude – neurone – perruque – interlocuteur… Parmi les mots suivants, lequel peut logiquement prendre la suite, et pourquoi ?

            Echappatoire – calembour – paresse – réfractaire – miracle – humanité – commissaire – horlogerie – pantoufles – mélancolie – mémoire.

Le mot du 1er septembre 2014

illuminés

           Illuminé est à lui tout seul un oxymore : ses acceptions sont complètement contradictoires ! Rappelons que l’on appelle oxymore l’association – maladroite, ou bien volontaire – de termes contradictoires. Ce peut donc être une bévue, par méconnaissance du vocabulaire, ou bien une figure de style littéraire destinée à frapper le lecteur par une alliance de mots inattendue. Dans ce dernier cas, l’exemple le plus vanté est la « sombre clarté qui tombe des étoiles » de Corneille (le Cid).

         Adjectif, illuminé qualifie ce qui est vivement éclairé : les vitrines illuminées des grands magasins, les grands boulevards pavoisés et illuminés pour la Saint-Sylvestre…Et aussi ce qui semble être éclairé comme par une lumière : les visages rieurs, illuminés, des gamins, ou, encore, dont l’esprit est saisi par une idée, par une pensée : Tel Archimède, le visage illuminé, il s’exclama : « Eurêka ! »…

            Avec l’adjectif, nous sommes donc dans le domaine de la lumière, de la clarté, de la beauté, de l’intelligence… Tout autre est la signification du vocable quand il est substantif, car arrivent alors les ténèbres, la folie et la barbarie.

            Si certains illuminés peuvent être seulement de doux rêveurs, des songe-creux utopistes, de très farfelus loufoques, il n’en est pas du tout de même pour d’autres, fanatisés par des croyances, par des idées. Possédés, incapables de raisonner, entièrement dominés par l’irrationalité, ces illuminés sont des fanatiques arriérés, des barbares capables des pires atrocités, ennemis de ce que l’on appelle communément la civilisation…

N. B.  : L’emploi du mot barbares nous inspire un ajout sur l’origine contestée d’orgue de Barbarie. Les linguistes restent divisés : pour certains, il s’agit de la déformation du nom du premier fabricant (XVIIIe siècle) de cet instrument de musique, un Italien du nom de Giovanni Barberi ; pour d’autres, ce serait une allusion à la sonorité « barbare» dudit instrument, ou bien au fait que les joueurs ambulants de ces « automatophones » étaient des étrangers, des personnes baragouinant le français (dans l’Antiquité, étaient nommés « barbares » les peuples qui ne parlaient ni le latin ni le grec, et, par extension, ensuite, les individus ne parlant pas la langue d’un pays)…

********************

            INFORMATIONS :

1° Les jeux-concours mensuels, comme cela a été annoncé, commenceront à partir de ce mois. Exceptionnellement, le jeu-concours de septembre ne sera mis en ligne que le 15. (Je rappelle que les trois premières personnes à avoir donné les réponses exactes gagneront un livre, de même qu’une personne tirée au sort parmi les autres bonnes réponses.)

2° Comme tout le monde ne pense pas à consulter régulièrement la rubrique « agenda », les « événements » nouveaux (entre guillemets, pour bien montrer qu’il n’y a pas là de la grandiloquence !) seront annoncés également au sein de cette chronique des « mots du jour »…

Donc : samedi 6 septembre, à Versailles, avenue de Paris, à côté de l’hôtel de ville, Défense de la langue française tiendra un stand (D 09), de 10 heures à 18 heures dans le cadre du Forum des associations. Je serai présent, au minimum, de 13 heures à 15 heures, en animant un quiz sur le podium à 13 h 45.