Archives de Tag: La Crémaillère 1900

Infos dictées novembre 2015

RAPPELS : samedi 7 novembre, dictée annuelle « loufoco-logique » Alphonse-Allais, pour l’Association des Amis d’Alphonse Allais (AAAA). A la « Crémaillère 1900 », 15, place du Tertre, à Montmartre, à 14 heures.  Inscription préalable souhaitée, pour une bonne organisation de cet après-midi convivial, mais les participants de dernière heure seront cordialement acceptés.  Renseignements et inscriptions : Philippe DAVIS, président de l’AAAA, 06 85 91 87 83.  

*************

Samedi 14 novembre, à Honfleur, aux Greniers à sel, à 14 heures, la dictée annuelle « A vos plumes ! Honfleur fait sa dictée avec Jean-Pierre Colignon ». Renseignements à l’Office du tourisme : 02 31 89 23 30.

 

 

 

Le mot du 17 octobre 2015

blackboulé

 

            La tentation est trop forte : après le match Nouvelle-Zélande – France, on ne peut s’empêcher de dire que les Bleus (vêtus de rouge, en l’occurrence) ont été « blackboulés » de la Coupe du monde de rugby à XV ! Car, est-il besoin encore de le dire, les joueurs néo-zélandais sont connus sous le nom d’All Blacks (avec un s à Blacks), d’après la couleur uniforme de leur tenue.

            « Noir, c’est noir, il n’y a plus d’espoir » (de titre mondial) : les joueurs de l’hémisphère Sud ont littéralement balayé les Français… 62 à 13. Leur domination a été incontestable, et les meilleurs, les plus forts, ont, en toute justice, gagné.

               Blackboulé est le participe passé du verbe blackbouler, issu de l’anglais (to) blackball, attesté dès la fin du XVIIIe siècle dans la langue de Shakespeare. Ce verbe ayant pour acception  « voter contre l’admission d’une personne dans un club, dans une société, dans un cercle, en déposant une boule, une balle noire (black ball) dans l’urne, au lieu d’une boule blanche ». La personne ainsi évincée était donc « blackboulée »… En français, blackbouler et blackboulé(e) sont entrés dans la langue, sous ces formes francisées, dans les années 1830-1840. Le dérivé blackboulage est apparu vers 1860.

            Depuis, ces termes sont devenus très usuels : Le député sortant a été blackboulé dès le premier tour ; Elle a été blackboulée au bac ; Le rédac chef a blackboulé cet article, qu’il jugeait trop tendancieux ; La résolution présentée par la minorité du parti a été blackboulée…

            Selon le contexte, blackbouler signifie donc : « rejeter, repousser, éliminer, recaler, évincer, déboulonner, battre, coller, exclure, écarter, repousser… ».

 

*****

Rappel : la dictée « loufoco-logique » Alphonse-Allais se déroulera, comme d’habitude, à la « Crémaillère 1900 », 15, place du Tertre. Le samedi 7 novembre, à 14 heures.

Le mot du 9 décembre 2014

gryphée

            Noël et jour de l’An : période faste pour les gryphées !  « Faste »… pour leurs consommateurs, plutôt, car l’on ne saurait dire, par comparaison, que la fin de l’année soit une époque joyeuse pour les oies, canards, dindes et chapons, sacrifiés pour que l’on fasse bonne chère (et non « bonne chair[e] »)… Il n’est pas sûr que la devinette prêtée à un ancien chef de l’État : « Quelle est la différence entre une poule et un chapon ?…  –   Une poule, cha pond. Un chapon, cha pond pas ! » puisse égayer, au moment de leur sacrifice, les coqs châtrés engraissés en vue de leur consommation.

            Nombre d’écaillers (= pas de « i » derrière les deux « l »), voire, peut-être, quelques ostréiculteurs (= pas de tréma sur le « i »), comprendraient de travers, ou ne comprendraient pas du tout, une question très éventuelle où ils croiraient entendre : « Quel est le prix dégriffé ? » alors qu’il s’agirait de : « Quel est le prix des gryphées ? ». Je  me  suis  servi  de  cette  homonymie  pour  tendre  un gros « piège de sens » aux concurrents des dictées !

            Gryphée nous vient du grec via le latin grypus, puis gryphus. La signification en est « courbé », ce qui est justifié par la forme du mollusque lamellibranche de la famille des ostréidés. Par gryphée comestible, on désigne en effet… l’huître portugaise.

*****

Appel général : la joyeuse dictée « loufoco-logique » Alphonse-Allais est victime de son succès…  L’espace octroyé dès le début de l’après-midi, un samedi de novembre, chaque année, dans le cadre très plaisant du restaurant-brasserie-cabaret La Crémaillère 1900, siège social de l’Association des Amis d’Alphonse Allais (AAAA), place du Tertre, à Montmartre, se révèle maintenant tout juste suffisant pour accueillir concurrents enjoués et correcteurs guillerets ! On ne saurait sans doute empiéter plus avant sur la salle où se pressent évidemment les consommateurs, les convives, eux aussi épanouis et diserts. L’isolation acoustique n’est donc pas assurée au mieux, forcément… En tout cas, pour le moment.

       Avec navrance (si si, le terme existe !), les responsables de l’AAAA envisagent donc d’organiser éventuellement la dictée en un lieu plus vaste et moins bruyant… et gratuitement mis à disposition. Si possible toujours à Montmartre, dans le 18e arrondissement… Mais toutes les suggestions, toutes les propositions et offres seront les bienvenues. MERCI !

Le mot du 24 octobre 2014

dernier

       Woody Allen – auteur de quarante-huit films ! – est en tournée de promotion pour son dernier long-métrage… qui ne sera peut-être pas le dernier. L’ambiguïté contenue dans l’emploi du mot dernier permet des répliques amusantes du genre : « Avez-vous lu le dernier roman de Duschnock ?… – Son dernier ? Ah !… Ouf ! Parfait !… ».

            Dernier peut en effet signifier « ultime » comme « tout récent et dernier pour l’instant », et chacun doit avoir cela en tête en écrivant, notamment les journalistes. Mettre en titre dans un journal, ou annoncer à la radio ou à la télévision : « Le dernier film de Woody Allen » peut signifier que le célèbre cinéaste new-yorkais, après Magic in the Moonlight, a décidé de mettre fin à sa carrière.

            Apparemment, si l’on se fie à ses… dernières déclarations, il n’en est rien, et les cinéphiles s’en féliciteront sans nul doute.

            « Aux derniers les bons » : ce proverbe est-il encore connu de quelques usagers de la langue française ?… Si oui, il s’agit probablement des… derniers à savoir qu’il s’agit d’un dicton ayant pour acception : « ce qui reste de quelque chose après que les autres ont choisi est souvent le meilleur ».

*****

           Vient de paraître, au Courrier du livre, le Petit Abécédaire de la Grande Guerre – Ces mots qui racontent l’Histoire.

*****

Rappels :

Mercredi 5 novembre, au conseil général de Loire-Atlantique : la 10e dictée Jules-Verne.

Samedi 8 novembre, aux Greniers à sel, à Honfleur, « Honfleur fait sa dictée ».

Samedi 15 novembre, au restaurant-cabaret la Crémaillère 1900, place du Tertre, à Paris, la « dictée loufoco-logique » Alphonse-Allais.

Le mot du 16 octobre 2014

philanthrope

            Le Conseil économique, social et environnemental sera bientôt l’hôte – « sous le haut patronage du président de la République », selon une formule consacrée – des premières Rencontres de la philanthropie. Cette manifestation organisée à l’initiative de la revue le Monde des fondations aura pour thème « la place des fondations et des mécènes dans la société française ».

            Auparavant, Mme Melinda Gates, épouse de Bill Gates, fondateur de Microsoft, viendra en France, au titre de coprésidente – avec son mari – de la plus riche fondation philanthropique privée du monde (40 milliards de dollars). Chaque année, cette fondation verse 3,6 milliards de dollars au bénéfice de la lutte contre Ebola, contre le sida, contre la mortalité infantile, pour la protection des femmes, en faveur des campagnes de vaccination contre le paludisme, etc.

            Le couple Gates et un autre milliardaire américain bien connu, Warren Buffett, ont lancé le « Giving Pledge » (« Promesse de don »). Les milliardaires ou multimilliardaires qui adhéreront à cette initiative s’engagent à donner la moitié de leur fortune, de leur vivant ou à leur mort, à des œuvres sociales, à la société en général, plutôt que de transmettre cet argent à leurs héritiers. Estimant qu’ils ont dû leur réussite au fait d’avoir eu la chance de naître dans un pays riche, doté de toutes les infrastructures nécessaires, tous les trois considèrent comme une obligation de donner de leur énergie, de leur temps et de leur argent aux autres…

            L’étymologie de philanthrope coule de source : phil-, « qui aime », et anthrôpos, « être humain, homme ». Les philanthropes sont des femmes et des hommes altruistes, qui ont le souci des autres, qui œuvrent pour le bien de leurs semblables, avec désintéressement. Cette générosité étant souvent matérielle, consistant à améliorer les conditions de vie de déshérités, de personnes en difficulté, philanthrope désigne presque exclusivement, aujourd’hui, quelqu’un qui apporte une aide pécuniaire.

 *****

Rappels : à part la 6e dictée de Piriac-sur-Mer, samedi 18 octobre, les prochaines dictées sont :

  • Le mercredi 5 novembre, la 10e dictée Jules-Verne, dans la salle du conseil général de Loire-Atlantique, à Nantes. Étant donné le lieu, le nombre des participants est hélas strictement limité ! L’inscription est donc obligatoire, par téléphone, au : 02 40 99 16 90. La dictée sera retransmise en direct sur le site du département : loire-atlantique.fr
  • Le samedi 8 novembre, à 14 h 30, à Honfleur (Calvados), la traditionnelle dictée annuelle « Honfleur fait sa dictée », aux Greniers à sel. Les inscriptions préalables ne sont pas obligatoires.
  • Le samedi 15 novembre, à 14 h 30, 15, place du Tertre, à Montmartre, en la brasserie-cabaret La Crémaillère 1900, la dictée annuelle « loufoco-logique » Alphonse-Allais, pour l’Association des Amis d’Alphonse Allais (AAAA). Je peux inviter quelques personnes non membres de l’AAAA : me contacter.
  • Le dimanche 23 novembre, à 14 h 30, à Sorèze (Tarn), dans le cadre du Salon du livre en l’abbaye-école, dictée annuelle. Renseignements et inscriptions au Syndicat d’initiative / Office du tourisme : 05 63 74 40 39.