Archives de Tag: Nick Park

Le mot du 12 novembre 2014

mouton (pieds de)

            Depuis quelques années, des chaînes françaises ont diffusé, voire diffusent encore, d’excellents courts-métrages d’animation, d’une durée de sept minutes, dont le héros est un mouton : Shaun le mouton ! Ces excellents petits films sont dus à des maîtres de l’humour britannique : les studios Aardman, de Bristol, à qui l’on doit déjà les fameux Wallace et Gromit.

            Le réalisateur britannique Nick Park est le créateur de ce désopilant tandem formé de Wallace, génial et farfelu inventeur, et de son chien Gromit, très intelligent, sensé, sensible. Originalité de ces films d’animation : les personnages sont en pâte à modeler, et les scènes sont tournées image par image, le temps que les animateurs (ils sont une vingtaine) manipulent les figurines millimètre par millimètre.

            La technique de Nick Park n’a pas changé, à part le passage à la plastiline (pâte à modeler non séchante). D’ailleurs, Shaun est issu d’une des histoires de Wallace et Gromit : Wallace et Gromit. Rasé de près. Le mouton ne parle pas, ses congénères non plus, son ami le chien de ferme Bitzer non plus, à part quelques grognements. Quelques cris, onomatopées, bruits divers, émanent des cochons, des poules…, mais tout repose, en fait, sur l’expressivité des héros, sur leurs mimiques, sur leurs attitudes, et c’est un travail remarquable !  Grâce à cette minutie, et aux scénarios à l’humour très british, on passe de très bons moments, quand bien même aurait-on dépassé ses six ou sept ans.

            Les studios Aardman sont en train de tourner un premier long-métrage, dont le titre pourrait être… Shaun le mouton, le film. Ce film devrait sortir en salles en avril 2015, au bout d’un total de trois ans de travail, dont neuf mois de… long tournage.

            … Si vous êtes de vrais végétariens, vous ne pouvez pas manger de pieds de mouton, qu’ils soient grillés, poêlés, marinés ou autre ! En revanche vous sont autorisés les… pieds-de-mouton, c’est-à-dire les champignons ainsi nommés par comparaison de forme. Dans ces champignons, il n’y a ni vrais pieds ni vrais moutons : la double métaphore est marquée par les deux traits d’union. Le pluriel s’inscrit dans la norme de la catégorie « nom + préposition + nom » des mots composés : seul le premier terme prend la marque du pluriel.

            Attention à ne pas croire ce qui vous est dit dans de nombreuses recettes de cuisine données sur internet : très souvent, ce ne sont pas des pieds de mouton qu’il faut acheter et préparer, mais bel et bien des pieds-de-mouton = des champignons !!  Les innombrables fautes d’orthographe commises dans les sites à ce propos (… comme en bien d’autres) vous conduiraient à mitonner d’étranges plats.

Publicités