Archives de Tag: ordre des Palmes académiques

Infos concours 2 avril 2016

COORDONNEES POUR LES INSCRIPTIONS AJOUTEES A LA FIN DE CE RAPPEL :

RAPPEL : le second Concours de culture générale de Paris (conçu et animé pour l’ordre des Palmes académiques et l’UCIAP du 7e arrondissement) se déroulera au lycée La Rochefoucauld (Paris-7e) le samedi 2 avril 2016 à 14 heures (accueil à partir de 13 h 30). Deux catégories : seniors et juniors, participation gratuite. Nombreux prix. Inscriptions préalables vivement souhaitées (coordonnées rappelées ou communiquées dans la journée).

AVEC AJOUT DES COORDONNEES POUR S’INSCRIRE :

UCIAP =  contact@uciap7.com ou 01 45 55 28 05

**************************************************************************

Publicités

le mot du 18 mars 2015

gonzesse

           Gonzesse est le féminin du mot argotique gonze, apparu d’abord en français sous la forme conce, puis gonce, au XVIIe siècle. Le terme est un emprunt à l’italien gonzo, « niais, balourd ». En français, la signification sera conservée,   puis   le   mot   prendra   l’acception   neutre,   banale, d’ « homme », d’ « individu », avant de revêtir le sens plus restreint de « patron », d’ « homme énergique », de « dur de dur », etc.

            Le féminin gonzesse n’apparaîtra qu’après 1800, à la fois comme équivalent de « femme, fille » et comme synonyme de « prostituée ». De nos jours, appliqué à des femmes, le terme peut être familier (« Tiens,v’là ma gonzesse ! »), mais non méprisant, correspondant à d’autres termes du français populaire : « greluche, souris, nana, nénette… » En français courant, c’est aussi, toujours,  un  synonyme   –   dans le « milieu » – de « donneur », de « balance », d’ « indic », ou bien encore d’ « homme sans énergie », de « lâche ».

              Le terme est souvent employé de façon injurieuse, inadmissible, à l’égard de personnes qui, ayant conscience des risques insensés présentés par telle action ou telle activité, recommandent la prudence… De plus, cette utilisation du mot reflète un insupportable machisme : si les femmes, sauf exception, n’ont pas la force physique des hommes, et si elles sont moins portées aux bagarres et aux guerres, cela ne justifie pas le mépris. Toutes les filles ne sont pas des adolescentes décérébrées, toutes les femmes ne sont pas des poupées Barbie éthérées, ou des bimbos sans neurones occupées à des futilités.

      Dans de nombreuses professions difficiles, pénibles, éventuellement rebutantes, voire tout simplement dans la vie ordinaire d’épouse, de mère de famille, beaucoup de femmes font preuve, au quotidien, dans l’anonymat, d’un courage et d’un dévouement qui valent bien le courage… ou la témérité écervelée, l’inconscience irresponsable, de certains.

           Au cours de la Seconde Guerre mondiale, nombre de femmes ont montré que les « gonzesses », quelles que soient leurs convictions politiques, religieuses, philosophiques,  savaient être d’un grand courage, savaient être héroïques, sans grandiloquence : des « Rochambelles » de Suzanne Massu  à Bertie Albrecht et Simone Michel-Lévy, entre autres femmes admirables. Toutes font partie à jamais des vraies élites du pays.

—————–

La citation du jour  (… et,  en  même  temps,  ajout au mot du  jour « funiculaire » !) :

Du farceur Alphonse Allais :

Avec sa jeune épouse au soir de son mariage,

                                   Nicolas sut monter des quantités d’étages.

                                   Dans le sport amoureux superbe il se montra :

                                   Unique au lit fut Nicolas.

 

Rappel : Le premier concours de culture générale de Paris, organisé avec l’UCIAP Paris-7e et l’ordre des Palmes académiques, se déroulera le samedi 11 avril au lycée La Rochefoucauld, 22, rue Malar, 75007 Paris. Quels seront les Pic de La Mirandole 2015 senior et junior ?…

Informations et inscriptions : UCIAP 7e, 7, rue Duvivier, 75007 Paris. contact@uciap7.com

Le mot du 5 janvier 2015

bouc émissaire

            Mercredi 7, Canal+ doit diffuser un film de Nicolas Bary : Au bonheur des ogres (2013), tiré du premier roman de la saga Malaussène de Daniel Pennac. L’aîné de la fratrie, Benjamin Malaussène, y exerce le très curieux métier de… bouc émissaire dans un grand magasin parisien. Ma consœur  Cécile Mury dépeint plaisamment dans Télérama en quoi consiste cette profession peu ordinaire : « […] le gaillard est payé pour se faire engueuler. Car, une fois défoulés, les clients mécontents renoncent, généralement, à engager des poursuites. »

            En ancien français, on eut, sans doute à partir du gaulois bucco, les formes buc, boc et bou pour désigner le mâle de la chèvre, avant que d’arriver à bouc, attesté dès le XIIe siècle.

            Très tôt, bouc a pris au sens figuré des acceptions à caractère péjoratif, qu’il s’agisse de désigner un mari trompé, un individu à l’hygiène corporelle laissant à désirer (cf. puer comme un bouc), un homme impudique porté à la recherche incessante des satisfactions sexuelles… On trouve parfois, chez certains écrivains, et en argot, la graphie bouc pour book (apocope pour bookmaker, « preneur de paris, pour les courses hippiques principalement »).

            La notion de bouc émissaire, au sens propre, apparaît dans le Lévitique (XVI) : lors de la fête de l’Expiation – le Yom Kippour –, le grand prêtre  recevait deux boucs ; le premier était sacrifié, au nom du péché, à Yahvé, dieu d’Israël, tandis que le second, censé porté tous les péchés et les impuretés du peuple d’Israël, était chassé dans le désert. Là, Azazel, démon des terres désertiques, donc stériles et maudites, s’en emparait, et le bouc ne revenait jamais du désert. On peut penser que, même sans intervention de ce satanique personnage, le quadrupède sacrifié mourait de faim et de soif…

            Émissaire est la traduction de (caper) emissarius, expression latine elle-même issue du grec, et qui, dans la Vulgate – la version latine de la Bible due à saint Jérôme –, veut dire : « qui écarte (les fléaux) ». À l’origine se trouve un mot hébreu signifiant « sacrifié à Azazel ».

            L’expression bouc émissaire a été, et est toujours, très souvent utilisée au sujet d’une personne (ou d’un groupe de personnes, d’une collectivité, d’une communauté, d’un peuple) sur qui l’on fait retomber les fautes, les délits, ou les crimes commis par d’autres. Le bouc émissaire peut être totalement innocent comme il peut être complice ou coupable d’une partie des faits qui lui sont imputés. Dans le second cas, on parle, très souvent également, de fusible. Un secrétaire général, un vice-président, un trésorier… sont, ainsi, fréquemment sacrifiés – ou acceptent, dès le départ, d’être éventuellement sacrifiés – afin de sauver le poste, l’emploi, la fonction, l’honneur, d’un président de société, d’un leader de parti politique, d’un responsable d’association, etc.

            Mais le « fusible », parfois, refuse de sauter !  Le bouc émissaire, refusant de devenir chèvre, n’accepte pas qu’on le fasse tourner en bourrique en le prenant pour un âne ou pour une oie. Ne voulant pas être le dindon de la farce, le bouc se mue en tigre et sort ses griffes… et ses dossiers très confidentiels.  

 

*****

Information : La Mairie du VIIe arrondissement a décidé de mettre fin au Salon de l’écriture qui se déroulait en novembre en ses locaux… mais en conservant la dictée, dans le cadre d’un « Salon du livre », dont la première édition est fixée au mercredi 11 février après-midi, à partir de 14 heures. On m’a demandé d’apporter des idées pour le contenu de ce Salon : c’est fait, et ce contenu est quasiment établi à ce jour. Le programme des différentes animations (certaines s’adressant particulièrement aux jeunes) qui se dérouleront dans plusieurs salles sera communiqué assez rapidement.

            Quoique prévue pour avoir lieu dans la plus grande des salles, la dictée ne pourra sans doute pas accueillir plus de 70 à 80 participants (la capacité de la salle est en cours de vérification : tout sera fait pour accueillir un maximum de personnes). J’invite donc les personnes intéressées à s’inscrire dès à présent auprès de moi.

N.B. : la dictée de ce Salon du livre du VIIe arrondissement ne remplace pas (elle s’y ajoute !) l’autre dictée du VIIe, traditionnellement organisée en avril ou mai, avec l’ordre des Palmes académiques et l’UCIAP, au lycée et collège La Rochefoucauld.