Archives de Tag: ostréiculteur

Le mot du 9 décembre 2014

gryphée

            Noël et jour de l’An : période faste pour les gryphées !  « Faste »… pour leurs consommateurs, plutôt, car l’on ne saurait dire, par comparaison, que la fin de l’année soit une époque joyeuse pour les oies, canards, dindes et chapons, sacrifiés pour que l’on fasse bonne chère (et non « bonne chair[e] »)… Il n’est pas sûr que la devinette prêtée à un ancien chef de l’État : « Quelle est la différence entre une poule et un chapon ?…  –   Une poule, cha pond. Un chapon, cha pond pas ! » puisse égayer, au moment de leur sacrifice, les coqs châtrés engraissés en vue de leur consommation.

            Nombre d’écaillers (= pas de « i » derrière les deux « l »), voire, peut-être, quelques ostréiculteurs (= pas de tréma sur le « i »), comprendraient de travers, ou ne comprendraient pas du tout, une question très éventuelle où ils croiraient entendre : « Quel est le prix dégriffé ? » alors qu’il s’agirait de : « Quel est le prix des gryphées ? ». Je  me  suis  servi  de  cette  homonymie  pour  tendre  un gros « piège de sens » aux concurrents des dictées !

            Gryphée nous vient du grec via le latin grypus, puis gryphus. La signification en est « courbé », ce qui est justifié par la forme du mollusque lamellibranche de la famille des ostréidés. Par gryphée comestible, on désigne en effet… l’huître portugaise.

*****

Appel général : la joyeuse dictée « loufoco-logique » Alphonse-Allais est victime de son succès…  L’espace octroyé dès le début de l’après-midi, un samedi de novembre, chaque année, dans le cadre très plaisant du restaurant-brasserie-cabaret La Crémaillère 1900, siège social de l’Association des Amis d’Alphonse Allais (AAAA), place du Tertre, à Montmartre, se révèle maintenant tout juste suffisant pour accueillir concurrents enjoués et correcteurs guillerets ! On ne saurait sans doute empiéter plus avant sur la salle où se pressent évidemment les consommateurs, les convives, eux aussi épanouis et diserts. L’isolation acoustique n’est donc pas assurée au mieux, forcément… En tout cas, pour le moment.

       Avec navrance (si si, le terme existe !), les responsables de l’AAAA envisagent donc d’organiser éventuellement la dictée en un lieu plus vaste et moins bruyant… et gratuitement mis à disposition. Si possible toujours à Montmartre, dans le 18e arrondissement… Mais toutes les suggestions, toutes les propositions et offres seront les bienvenues. MERCI !

Publicités