Archives de Tag: Poutine

Le mot du 19 février 2015

Minsk

            Les « accords de Minsk », censés établir un cessez-le-feu entre les Ukrainiens   fidèles   à  Kiev  et  les  Ukrainiens  russophones  partisans  d’une       « indépendance », d’une autonomie, de la région de Donetsk (dans un premier temps, pour commencer… ?), suscitent pour l’instant plus de doutes que d’espoir. Le prétendu cessez-le-feu n’a pas été parfaitement respecté, et les Ukrainiens ont dû abandonner aux indépendantistes, dans une période de très relative accalmie des combats, l’important nœud ferroviaire de Debaltseve.

           Il faut rappeler tant aux naïfs qu’à ceux qui ne maîtrisent pas le vocabulaire (ce qui est grave, en l’occurrence), qu’un armistice, même a priori sincère, qu’un cessez-le-feu n’est aucunement un traité de paix : c’est seulement une suspension des combats, de durée aléatoire…

           Ces « accords de Minsk », qui ne laisseront peut-être pas un grand souvenir dans l’Histoire, ont été précédés il y a quelque vingt-cinq ans par un traité également associé au nom de la capitale de la Biélorussie. En octobre 1991, Boris Eltsine (président de la République de Russie), Stanislaw Chouchkievich (président de la République de Biélorussie) et Leonid Kravtchouck (président de la  République  d’Ukraine)  signaient  dans  la forêt de Belovej, près de Minsk, le « traité de Minsk »*, ou « accords de Belaveja ». Ces accords créaient la Communauté des États indépendants (CEI) ; quinze jours plus tard, huit autres anciennes républiques soviétiques rejoignaient la CEI.

            La Biélorussie, ou Belarus si l’on n’adopte pas le nom français mais russe, fut autrefois (du XVIe siècle jusqu’à 1917) dénommée « Russie blanche ». L’élément biélo- correspond à « blanc », mais personne ne sait quelle en est l’origine exacte. Trois hypothèses s’affrontent : a) allusion à la couleur à dominante blanche du costume national ; b) allusion à la synonymie de blanc et de libre, les Biélorusses ayant toujours refusé de payer un tribut aux Tatars ; c) allusion au sable blanc qui couvre une partie du pays.

            L’étymologie de Minsk, en comparaison, serait d’une simplicité aussi décevante que sont actuellement décevants les accords Poutine-Merkel-Hollande-Porochenko. Qu’on en juge : le nom de Minsk  serait formé d’un nom de rivière, « Men », auquel serait associé le suffixe -sk, propre à des noms de villes.

 *  En 2013, le comité exécutif de la CEI (dont le siège est à Minsk)  faisait savoir que le document original de ce traité était… introuvable !

 

*****

Dictée de Sèvres (Hauts-de-Seine), samedi 7 mars 2015, à 14 heures, au Centre international d’études pédagogiques, 1, avenue Léon-Journault.  –  Inscriptions et renseignements : 06 07 59 17 08 ou jp.colignon@orange.fr.

Dictée – jeux autour de la langue française – vin d’honneur – nombreux prix.

Publicités