Archives de Tag: Radio Classique

Le mot du 25 janvier 2016

INFORMATION : comme l’an dernier, la dictée du 9 mars à la Mairie du 7e arrondissement de Paris est au coeur d’un petit « Salon de la langue française », que je concocte avec le service culturel et événementiel. Le programme, qui comportera des animations pour les juniors, sera établi ces tout prochains jours.

 

                                   *****

 

La question du jour + la bourde du jour + la citation du jour + le proverbe du jour

 

La question du jour

            « Faut-il continuer à faire, de nos jours, une différence entre « médire » et « calomnier » ? »

Bien évidemment, car la différence est de taille !… On médit de quelqu’un en divulguant ce qu’on sait (… ou qu’on croit savoir) de lui en mal. Ce n’est déjà pas très joli de raconter tous azimuts quels sont les travers, les défauts, les faiblesses, les tics, etc., d’autrui, et il faut toujours avoir en tête l’histoire de la paille et de la poutre. La médisance relève-t-elle de la diffamation… et du Code pénal ? Il semble que les avis soient partagés, selon les cas…

Mais la calomnie, elle, est un délit beaucoup plus grave, consistant à attribuer à quelqu’un des fautes, des méfaits qu’il n’a pas commis. Ces accusations mensongères peuvent être lourdement sanctionnées par le juge… La dénonciation calomnieuse, sauf erreur, peut être punie, dans des cas très graves, de 5 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

 

*****

La bourde du jour

            Sur Radio Classique, lundi 25 janvier, lors du bulletin d’information de midi, une journaliste a annoncé d’un ton pas très résolu que « tout va être résous (t *) »… Il ne faudrait pas enchaîner, un jour prochain, par une autre annonce affirmant que « l’Assemblée nationale dissolue par le chef de l’État (le pays n’est pas précisé) sera remplacée par un Conseil des régions » !

_________

*Étant donné le manque de sûreté sur la conjugaison, on peut aussi imaginer une hésitation sur l’orthographe…

 

*****

 

La citation du jour

               « Tout le monde est en faveur d’économies générales et de dépenses particulières. » (Anthony Eden.)

 

*****

 

Le proverbe du jour

               « Trois choses font connaître un homme : la bouteille, l’argent et la colère. »

Le mot du 5 novembre 2015

schlague

 

            Alors qu’il a souvent multiplié les coups de menton à la Mussolini lors de ses interventions à l’Assemblée nationale ou au cours de conférences de presse, M. Manuel Valls  atténue cette attitude, ou cette image, d’homme trop autoritaire, en soutenant tout récemment qu’on ne peut pas gouverner « à la schlague ».

            Schlag est un mot allemand qui signifie « coup ». Schlaguer, schlague, schlagueur (caporal schlagueur, préposé aux punitions)  sont apparus dans des textes français entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe. Ce que l’on appelle la schlague était un châtiment disciplinaire en usage dans les armées prussienne, allemande et autrichienne, et consistant en coups de baguette (cinglante), en coups de bâton ou en coups de plat de sabre.

            « Gouverner à la schlague », c’est donc conduire les affaires de manière autoritaire et brutale, dure, implacable.

            Les politiciens aimant bien recourir aux termes de marine, ils pourraient aussi employer « gouverner à la garcette » : la garcette (peut-être de l’espagnol garceta, « cheveux de la tempe tombant sur les joues et qu’on porte tressés ») était une petite tresse faite de vieux cordages, et avec laquelle on frappait les matelots punis.

*****

 

La bourde du jour

    Grosse boulette sur Radio Classique jeudi 5 novembre au matin… Une journaliste commente rapidement l’actualité : le footballeur Karim Benzema est en garde en vue dans l’affaire de la sextape [vidéo de sexe] « qui vise aussi […] Mathieu Valbuena ». Non !  Le premier est interrogé sur son rôle éventuel, volontaire ou involontaire  –  aucune inculpation ne le… vise au moment où ces lignes sont rédigées, il est seulement entendu comme témoin – dans cette affaire de chantage présumé dont aurait été victime le second.

      Dans cette rocambolesque affaire dont Télé-Loisirs, sur son site, dit qu’on nous « rabat (autre bourde de français !) les oreilles », M. Valbuena est seulement coupable… d’avoir filmé ses ébats avec une jeune femme, et d’avoir sans doute commis des imprudences qui auraient permis à d’aucuns d’en prendre connaissance (de quelle façon ?… je l’ignore). De là la tentative d’exercer un racket sur le cinéaste amateur…

        M. Valbuena a jugé bon de filmer des activités qui relèvent de l’intime, cela le regarde (aussi sa partenaire). Cette vidéo est parvenue, dans des conditions que les enquêteurs et la justice devront éclaircir (ou qui ont déjà été plus ou moins éclaircies ?), dans les mains de personnes qui auraient tenté de faire chanter le joueur de l’Olympique lyonnais. Ce dernier n’est pas « visé aussi » dans cette affaire, c’est-à-dire suspecté : il est le plaignant.