Archives de Tag: saint Pierre

Le mot du 1er décembre 2014

Saint-Nicolas

          La Saint-Nicolas se profile dans un avenir proche : le 6 décembre, et, une vingtaine de jours avant Noël, les enfants – notamment dans l’est de la France (mais également dans de nombreux pays d’Europe) – sont à peu près certains de recevoir des cadeaux, en particulier des pains d’épice(s) de différentes formes. La variante la plus traditionnelle est naturellement saint Nicolas lui-même, de toutes les tailles et plus ou moins somptueusement vêtu…

         Par la Saint-Nicolas on désigne une fête : celle de saint Nicolas, plus précisément de saint Nicolas de Myre, appelé aussi Nicolas de Bari. Il est l’heureux patron, selon les pays ou les régions : des mariniers, des marins, des enfants, des prisonniers, des avocats, des commerçants, des boulangers, des célibataires… !  Voilà qui occupe un élu !

            Cette fête est l’occasion de rappeler les règles de l’orthotypographie (ce que je fais régulièrement dans Défense de la langue française, et, bien sûr, dans mes cours). Le mot saint(e) est un nom commun, s’écrivant donc sans majuscule initiale : C’est à Lyon que sainte Blandine subit le martyre ; Le premier pape fut saint Pierre… Un nom de fête est un nom propre, et, en l’occurrence, puisque l’on ne parle plus du saint lui-même, ou de la sainte elle-même, il faut adopter une graphie marquant cette différence. La règle orthotypographique exige donc d’écrire : la Saint-Nicolas, avec  deux  majuscules  et un trait d’union (et non un « tiret », comme disent les personnes confondant signe orthographique et signe de ponctuation). Idem, alors, pour : les feux de la Saint-Jean, les festivités de la Saint-Sylvestre…

            Sauf au sein des calendriers, et quand la justification (= la largeur) des colonnes  l’impose, il est interdit d’abréger Saint(e)- en « St- » ou en « Ste- », en « St– » ou en « Ste– ». Mais, dans les « têtières » de journaux comportant des noms de communes, l’on est parfois contraint d’abréger, toujours pour des raisons de justification…