Archives de Tag: Tarn

Le mot du 2 mars 2015

zadiste

        L’opposition d’écologistes au projet d’un barrage dans le Tarn, projet soutenu par les agriculteurs, a popularisé le terme de zadistes, forgé sur le sigle ZAD (= « zone à défendre »,   selon le point de vue de ceux qui occupent le terrain et combattent l’idée de construction d’un barrage permettant la constitution d’une réserve de 1,5 million de mètres cubes utilisable principalement pour l’irrigation de terres agricoles).

            L’utilisation de sigles n’entraîne absolument pas de façon systématique de majuscules lorsque l’on donne le développé.  Bien évidemment, puisque, par exemple, SNCF traduit « Société nationale des chemins de fer français », soit la raison sociale de cette entreprise, c’est-à-dire un nom propre, la majuscule à Société est obligatoire. (Mais il est grotesque – et erroné – d’écrire, par une bouffissure graphique : « Société Nationale des Chemins de Fer français » !)

            Les noms communs dérivés de sigles n’ont pas droit à la majuscule initiale : ce  ne  sont  pas  des  noms  propres…  Il  n’y a  aucune  raison  de  vouloir  écrire « Zadiste(s) », avec une capitale.  Pas de majuscule non plus à  jocistes (membres de la Jeunesse ouvrière chrétienne) ni aux jacistes (membres du mouvement de la Jeunesse agricole catholique,  qui se fondra dans les années 1960 dans le Mouvement rural de jeunesse chrétienne [MRJC] ).

     Cas particulier : si la variante érémiste  employée pour désigner un(e) bénéficiaire du RMI (revenu minimum d’insertion) s’écrit sans majuscule, il est impossible d’adopter l’autre variante sous la forme « rmiste ». Deux options sont retenues dans l’usage : ou bien RMIste(s) ou bien RMiste(s).

 

*****

Rappel des dates des dictées à venir :  à Sèvres (92), au CIEP, le samedi 7 mars ; à Tourcoing (59) (création d’une dictée), le samedi 21 mars ; à Asnières (92), le samedi 30 mai.

Et création d’un concours de culture générale, le samedi 11 avril, au lycée La Rochefoucauld (Paris-7e).

Publicités

Le mot du 16 octobre 2014

philanthrope

            Le Conseil économique, social et environnemental sera bientôt l’hôte – « sous le haut patronage du président de la République », selon une formule consacrée – des premières Rencontres de la philanthropie. Cette manifestation organisée à l’initiative de la revue le Monde des fondations aura pour thème « la place des fondations et des mécènes dans la société française ».

            Auparavant, Mme Melinda Gates, épouse de Bill Gates, fondateur de Microsoft, viendra en France, au titre de coprésidente – avec son mari – de la plus riche fondation philanthropique privée du monde (40 milliards de dollars). Chaque année, cette fondation verse 3,6 milliards de dollars au bénéfice de la lutte contre Ebola, contre le sida, contre la mortalité infantile, pour la protection des femmes, en faveur des campagnes de vaccination contre le paludisme, etc.

            Le couple Gates et un autre milliardaire américain bien connu, Warren Buffett, ont lancé le « Giving Pledge » (« Promesse de don »). Les milliardaires ou multimilliardaires qui adhéreront à cette initiative s’engagent à donner la moitié de leur fortune, de leur vivant ou à leur mort, à des œuvres sociales, à la société en général, plutôt que de transmettre cet argent à leurs héritiers. Estimant qu’ils ont dû leur réussite au fait d’avoir eu la chance de naître dans un pays riche, doté de toutes les infrastructures nécessaires, tous les trois considèrent comme une obligation de donner de leur énergie, de leur temps et de leur argent aux autres…

            L’étymologie de philanthrope coule de source : phil-, « qui aime », et anthrôpos, « être humain, homme ». Les philanthropes sont des femmes et des hommes altruistes, qui ont le souci des autres, qui œuvrent pour le bien de leurs semblables, avec désintéressement. Cette générosité étant souvent matérielle, consistant à améliorer les conditions de vie de déshérités, de personnes en difficulté, philanthrope désigne presque exclusivement, aujourd’hui, quelqu’un qui apporte une aide pécuniaire.

 *****

Rappels : à part la 6e dictée de Piriac-sur-Mer, samedi 18 octobre, les prochaines dictées sont :

  • Le mercredi 5 novembre, la 10e dictée Jules-Verne, dans la salle du conseil général de Loire-Atlantique, à Nantes. Étant donné le lieu, le nombre des participants est hélas strictement limité ! L’inscription est donc obligatoire, par téléphone, au : 02 40 99 16 90. La dictée sera retransmise en direct sur le site du département : loire-atlantique.fr
  • Le samedi 8 novembre, à 14 h 30, à Honfleur (Calvados), la traditionnelle dictée annuelle « Honfleur fait sa dictée », aux Greniers à sel. Les inscriptions préalables ne sont pas obligatoires.
  • Le samedi 15 novembre, à 14 h 30, 15, place du Tertre, à Montmartre, en la brasserie-cabaret La Crémaillère 1900, la dictée annuelle « loufoco-logique » Alphonse-Allais, pour l’Association des Amis d’Alphonse Allais (AAAA). Je peux inviter quelques personnes non membres de l’AAAA : me contacter.
  • Le dimanche 23 novembre, à 14 h 30, à Sorèze (Tarn), dans le cadre du Salon du livre en l’abbaye-école, dictée annuelle. Renseignements et inscriptions au Syndicat d’initiative / Office du tourisme : 05 63 74 40 39.