Archives de Tag: l’express

Le mot du 15 octobre 2014

béotien

          Dans sa chronique de l’Express n° 3302, Christian Makarian estime que « la position ambiguë de la Turquie, qui reste l’arme au pied face à l’avancée de Daech, n’est de nature à surprendre que les béotiens ». Ce dernier mot, chacun le sait-il, est issu de la transformation en nom commun d’un gentilé, d’un ethnonyme : celui désignant les natifs et – ou – les habitants de la Béotie, une province centrale de la Grèce ancienne.

          Les gentilés ou ethnonymes sont tous des noms propres à majuscule, quand ils désignent donc des personnes humaines (de riches Béotiens), et des adjectifs, sans majuscule, quand ils qualifient des choses propres à un lieu quelconque de la planète (les villages béotiens). Mais ici, de plus, le nom propre est devenu, par antonomase, un nom commun, sans majuscule : des béotiens.

            Censés être des esprits raffinés, les Athéniens, plus largement les Attiques, réunissaient, dit-on, un ensemble de qualités – raffinement, goût des arts, finesse de la pensée et de l’expression, élégance, politesse, culture… : ce que l’on a appelé l’atticisme (ce mot allie plusieurs acceptions). Par sel attique, on entend une fine et spirituelle manière de penser qui peut se teinter d’un humour délicat. Toutes choses qui ne sont pas l’apanage de la plupart des présentateurs-animateurs des chaînes françaises de radio et de télévision.

             Aux yeux des Athéniens, les Béotiens étaient des balourds, des lourdauds, des êtres bornés, incultes, des individus grossiers, rustres, incapables d’être sensibles à la beauté des arts et de la production littéraire… Cette réputation, médisante ou calomnieuse, s’est durablement installée, puisque béotien est toujours utilisé, surtout au sens d’ « ignorant », de « peu intelligent ». Avec toutefois le plus souvent la nuance familière, et moins péjorative, de « qui ne possède pas la moindre connaissance en un domaine particulier » : Il est complètement béotien en musique classique. Auquel cas nous conseillons à cette personne d’écouter des chroniqueurs agréables et cultivés tels, entre autres, qu’Ève Ruggieri, Christian Morin ou Alain Duault !

Publicités

Le mot du 20 mai 2014

Apex

            Christophe Barbier, directeur de la rédaction de l’Express, se fait remarquer, outre par le port sempiternel d’une écharpe rouge ˗ il n’est pas le seul à user de ce procédé de mise en scène médiatique : voir, entre autres, Jean-Louis Debré et sa grande écharpe bleu ciel -, par l’emploi d’un vocabulaire étendu. Notre homme fait partie, en effet, des journalistes cultivés, qu’il convient de distinguer d’une masse de bateleurs nombrilistes ne maîtrisant qu’approximativement le vocabulaire, la syntaxe et la culture générale. D’où, de leur part, la transmission elle-même approximative, peu rigoureuse (c’est un euphémisme), de l’information…

            Dans son édito du numéro 3280 (daté 14 mai 2014) de l’Express, intitulé « Le vrai ennemi de l’islam », Christophe Barbier emploie un mot qui, quoique polysème (ayant plusieurs sens), n’est pas couramment utilisé : apex. Il écrit ainsi : « Les crimes incessants de Boko Haram, dont ce rapt de masse est un apex, ne forment pas un terrorisme comme un autre. » Il s’agit évidemment de la razzia esclavagiste commise au Nigeria par le groupe Boko Haram…

            Apex est un mot latin qui, à l’origine, signifiait « pointe, sommet ». Christophe Barbier aurait pu, ici, dire : «  dont ce rapt de masse est le summum ».

Ce nom masculin a donc plusieurs significations, dont toutes ne sont pas forcément connues : 1° dans l’Antiquité romaine, baguette d’olivier garnie de laine qui surmontait le bonnet des prêtres nommés saliens et flamines, et aussi sommet des casques ; 2° en épigraphie, sorte d’accent aigu employé par les Latins dans les inscriptions pour marquer la longueur d’une voyelle ; 3° en anatomie, extrémité d’un organe, d’une racine dentaire, par exemple) ; 4° en liturgie, une pointe : l’apex du bâton cantoral d’un chantre (le bâton cantoral était le symbole de l’autorité du chantre) ; 5° en astronomie, le point du ciel qui marque la direction apparente du mouvement de l’ensemble du système solaire avec le soleil… Nous épargnerons à nos lecteurs la quinzaine d’autres acceptions de ce vocable.

            Chacun a pu le constater, apex a des significations… pointues !