Archives mensuelles : janvier 2018

Le mot du 31 janvier 2018 (1)

La question du jour (et la réponse)

« Bonjour, Monsieur Colignon,

Si je m’en réfère au Thomas : se joint par un trait d’union
au nom ou au nom de nombre qui le précède, et si ce dernier
est lui-même précédé d’un adjectif démonstratif. Exemples :
« Cet enfant-là. Cette preuve d’amour là. Ces deux bandits-là. »
Mais, quand j’écris : « Ce grand édifice là », il est logique de ne
pas mettre de trait d’union, car le nom n’est pas immédiatement
précédé de l’adjectif démonstratif. Or, des auteurs de dictées
n’appliquent pas cette règle, expliquant que étant précédé
du nom le trait d’union s’imposait.
J’aimerais bien avoir votre avis. »

C’est un cas litigieux, du fait que toutes les grammaires ou ouvrages de référence dus à des auteurs sérieux ne disent pas la même chose. Certains écrivent : « On met TOUJOURS un trait d’union quand les adverbes « ci » et « là » sont employés avec un démonstratif ». Donc = dans tous les cas.

Certains précisent : « Quand un nom employé avec un démonstratif est suivi d’un adjectif ou d’un complément, l’usage hésite : « cette boîte à lettres-là » ou « cette boîte à lettres là » ». Je suppose qu’ils doivent penser la même chose, ce serait logique, pour des cas comme « ce vélo-là » et, avec un adjectif devant, « ce beau vélo(-) là ». Dans le second cas, puisque l’on a affaire au syntagme « beau vélo », et non au seul substantif « vélo », la finesse devrait conduire à ne pas « coller » le trait d’union, mais à mettre celui-ci entre deux espaces insécables. La graphie « ce beau vélo-là » est critiquable, d’où ce qui est dit par Thomas et les auteurs « classiques », dont l’avis, sauf erreur de ma part, est toujours largement majoritaire dans les grammaires et dictionnaires de difficultés… La différence entre « ce grand sapin là » et « ce sapin-là » peut sembler relever de l’incohérence, mais ce n’est pas juste.

Il m’est arrivé d’hésiter, sur ce point, au regard de cette contradiction qui pouvait compliquer pour pas grand-chose la vie des usagers du français, notamment des scolaires, des apprenants, mais il me semble que des auteurs de dictées devraient respecter la règle classique, puisqu’elle est toujours prônée très majoritairement, à ce jour, par les linguistes et grammairiens sérieux.

Publicités

Le mot du 30 janvier 2018 (2)

AGENDA : Le concours de culture générale 2018 de Paris se déroulera au lycée La Rochefoucauld (7e arr.) le samedi 17 mars après-midi. Deux catégories : juniors et seniors.

Rappel pour les dictées : La « Grande Dictée du 7e » se déroulera le mercredi 7 mars à la mairie du 7e arrondissement; La « Dictée ludique » de Sèvres, au Centre international d’études pédagogiques, le samedi 24 mars.

*****

Le mot du 30 janvier 2018 (1)

Le mot d’humour du jour

En évitant de cautionner l’énorme bourde* commise par les rédacteurs des « questions pour un champion », reprise sans sourciller par l’animateur Samuel Étienne (sur France 3, émission diffusée hier, lundi 29), un petit mot sur les calembours…

La langue française se prête bien à l’invention de « singuliers… pluriels », reposant sur l’homophonie, en jonglant avec les liaisons. Ces « pluriels de fantaisie » peuvent faire l’objet de jeux créatifs, de plaisantes petites séances de remue-méninges.

« Un neuf > des œufs ; un début > d’émeute ; l’égout > des goûts ; le ciel > l’essieu ; l’étang > les temps ; le père > l’épeire ; le notaire > l’œnothère1 ; un thé > d’été… »

  1. Se prononce « les notaires », mais aussi « le notaire »…

* Non : jamais Victor Hugo n’a dit que le calembour serait « la fiente de l’esprit qui vole ». Il met ce propos dans la bouche d’un des personnages des Misérables, ce qui n’est pas du tout la même chose ! J’imagine bien, d’ailleurs, le bonhomme Hugo, grand faiseur de jeux de mots, de… calembours, plié en quatre, écroulé de rire, en écrivant cela.

*****

Le mot du 29 janvier 2018 (1)

Le « truc » d’orthographe du jour

azimut

Bien connu, au pluriel, par l’expression tous azimuts (« envoyer des messages tous azimuts »), ce mot masculin ne rime pas, orthographiquement, avec bismuth : il s’écrit sans h final.

Pour retenir ce point, il faut associer, dans une formulette mnémotechnique, azimut à un autre mot en « -ut’ ». But, par exemple : « Son unique but, c’est de trouver l’azimut ! ».

(D’après Orthographe : trucs et ficelles, Jean-Pierre Colignon, Les Dicos d’or/Albin Michel.)

*****

Le mot du 28 janvier 2018 (1)

Le mauvais choix du jour

Partir à la chasse non pas aux casquettes, comme dans Tartarin de Tarascon, mais aux anglicismes et aux américanismes part d’un sentiment louable, dès lors qu’il s’agit de mettre hors d’état de nuire un terme abusif, dont on pourrait facilement se passer. Il est moins bien de substituer à un mot bien implanté dans le langage, et que tout le monde comprend, un équivalent qui frise le ridicule. Voire plus.

L’ami Alain Prével, qui fut correcteur professionnel durant de longues années, me signale un grotesque « match de proximité » employé par une journaliste qui a manifestement cru pouvoir supprimer à bon escient le mot derby, coupable d’être né outre-Manche…

Le terme est bien connu, intégré au vocabulaire courant : il n’y a pas de raison de vouloir l’exclure du lexique ! Enfin, quand je dis « bien connu »… Pas si connu que ça d’un autre journaliste sportif, qui n’a pas hésité à parler d’un « derby Lyon – Bordeaux », avec sans doute, dans sa tête, le sens de « match classique », alors que par derby on désigne (notamment) une « rencontre sportive entre deux villes VOISINES ».

*****

Le mot du 27 janvier 2018 (1)

Le « truc » d’orthographe du jour

cyclone n. m.

Ce mot s’écrit sans accent circonflexe sur l’o.

Formule mnémonique : « Pour ne pas effrayer les populations, les autorités N’ONT PAS MIS L’ACCENT sur l’éventualité d’un cyclone ».

(Extrait d’Orthographe : trucs et astuces, Jean-Pierre Colignon, Les Dicos d’or/Albin Michel.)

*****

Le mot du 26 janvier 2018 (1)

Le point d’orthographe (et de vocabulaire) du jour

prémices n. f. plur.

Il ne faut pas confondre des prémices avec des… prémisses. Ces deux homonymes ont des acceptions ressenties comme fort proches, ce qui entraîne beaucoup d’hésitation(s).

Par prémices, on entend les premiers résultats, les signes avant-coureurs, les premières manifestations d’un phénomène naturel ou bien d’une action : les prémices d’une belle récolte ; les prémices de l’automne ; les prémices d’un conflit régional ; les prémices d’un violent orage…

Au sens restreint, prémisses (également nom féminin) désigne, en logique, au sein du raisonnement qu’on appelle un syllogisme, les deux propositions de base qui vont permettre de déterminer une conclusion. Soit l’exemple classique : 1° Tous les chiens ont quatre pattes (prémisse majeure = de sens général). 2° Médor est un chien (prémisse mineure = de sens particulier). 3° Donc Médor a quatre pattes (conclusion).

Par extension, prémisses désigne ce qui sert de base, de socle, à un programme politique, à un texte fondamental (les articles de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ont constitué les prémisses de la Constitution), à un règlement, à une démonstration technique, à une démarche scientifique…

*****

Le mot du 25 janvier 2018 (1)

La question du jour (et la réponse)

« Bonjour, Monsieur Colignon,

Je ne sais pas comment écrire « noix de saint Jacques »…

SVP, merci beaucoup ! »

« Une noix de saint-jacques » = partie d’une saint-jacques (nom commun de coquillage) . Ne pas confondre, orthographiquement, avec coquille Saint-Jacques (ici, Saint-Jacques reste un nom propre) : « des noix de coquilles Saint-Jacques ».

*****

Le mot du 23 janvier 2018 (2)

La question du jour (et la réponse)

« Bonsoir, Monsieur Colignon,

Je viens de tomber sur « un rongeur au ventre bien rondouillet « .

Magnifique mot-valise, évocateur, pour « rondouillard » et « grassouillet ».

Larousse et CNRTL ne connaissent pas, mais Encyclopaedia Universalis le retient.

L’approuvez-vous ? »

Est-ce vraiment un mot-valise, ou faut-il y voir une variante de rondouillard affublé d’un autre suffixe ? Peu importe, et allons-y pour un mot-valise !… On trouve ce mot çà ou là…

Les dictionnaires ne peuvent pas enregistrer tous les mots créés au fil des décennies, des siècles, par des écrivains, par des humoristes, par des journalistes…

Pourquoi pas : il est bien sympathique, ce rondouillet ! Moi, je l’approuve !

*****

Le mot du 23 janvier 2018 (1)

AGENDA des dictées

Rappel des dates fixées de façon définitive pour les premières dictées de 2018 :

Samedi 24 février : dictée de Magland (Haute-Savoie) (création)

Mercredi 7 mars : « Grande Dictée du 7e arrondissement », à la mairie du 7e

Samedi 24 mars : dictée de Sèvres, au Centre international d’études pédagogiques

Samedi 7 avril : « Grande dictée ludique de Tours »

Samedi 19 mai : « dictée du Patrimoine » à Piriac-sur-Mer

*****

Le concours annuel de culture générale de Paris (UCIAP 7e et AMOPA) se déroulera probablement un samedi de mars (date non encore « bétonnée »)