Archives mensuelles : octobre 2018

Le mot du 28 octobre 2018 (3)

L’ambiguïté du jour

 

À l’occasion d’une élection partielle, il est dit, dans un journal de la presse quotidienne régionale, que « la candidate bat la campagne »… Souhaitant devenir députée, cette personne déploie tous azimuts son activité, allant sur  les marchés, visitant les commerçants, tenant des meetings dans des salles communales, trinquant un peu partout dans les cafés et restaurants, etc. Elle « fait campagne », quoi, en parcourant en tous sens la circonscription !

Mais cette expression battre la campagne est surtout employée,  donc comprise,  au sens figuré… et dépréciatif  d’ « esprit  −  donc de personne  −  qui déraisonne, qui divague » !

 

*****

 

Publicités

Le mot du 28 octobre 2018 (2)

AGENDA (rappel rapide : les détails seront donnés ou redonnés dans les prochains jours) :

Dictées à venir :

30 octobre, Nantes (Loire-Atlantique)

4 novembre, Sorèze (Tarn)

10 novembre, Honfleur (Calvados)

17 novembre, Montmartre (Paris-18e)

24 novembre, Saint-Nazaire (Loire-Atl.)

 

 

 

 

Le mot du 28 octobre 2018 (1)

Le jeu de mots du jour

 

« Après l’épilation, c’est le retour… du lisse ! »  (Selon Homère.)

 

 

 

Le mot du 27 octobre 2018 (2)

Le mot de 1914-1918 du jour

 

haricots rouges

            Les haricots rouges de l’intendance devaient être particulièrement difficiles à avaler par les « poilus », puisque ceux-ci, avec humour, un humour peut-être grinçant, dénommèrent ainsi les balles de shrapnell… et aussi des individus coriaces : des durs-à-cuire !

En fait, les haricots dits « rouges » vont du rose au rouge foncé, voire à un brun veiné de rouge foncé (haricot borlotti).

(Un excellent groupe de jazz Nouvelle-Orléans et Dixieland portant le nom de Haricots rouges (par référence à la cuisine louisianaise) s’est constitué dans les années 1960.)

Le mot du 27 octobre 2018 (3)

AGENDA : La dictée 2018 de Sorèze (Tarn) se déroulera le dimanche 4 novembre, à 14 heures (inscriptions sur place), à l’abbaye-école.  Cela dans le cadre du 200e (!!)  Marché aux livres et du 1er Salon « Polars en Montagne Noire ».

*****

Le mot du 27 octobre 2018 (1)

Le jeu de mots du jour

 

Pour acheter du foie gras, il faut consulter un homme de l’oie !

 

*****

 

Le mot du 26 octobre (2)

AGENDA : La dictée Jules Verne 2018 se déroulera  en  l’hôtel  du  Département,  3, quai Ceineray, à Nantes, mardi 30 octobre, à 14 heures (accueil à partir de 13 h 30). Inscriptions obligatoires avant le 29, exclusivement au  02 40 99 16 90. Diffusion en direct sur le site du Département : loire.atlantique.fr/dictee (le texte de la dictée sera mis en ligne à suivre).

 

Le mot du 26 octobre 2018

INFORMATION (notamment pour les libraires) :  A la suite de soucis de fabrication, le « Dictionnaire orthotypographique français » et le « Dictionnaire moderne des difficultés du français », programmés par le CFPJ (Centre de formation et de perfectionnement des journalistes) pour une parution fin octobre, sont retardés de cinq ou six semaines.

Le mot du 25 octobre 2018 (1)

INFORMATION :  Plusieurs internautes m’ont signalé que des « images » (publicitaires ?) s’inscrivent abusivement dans les « mots du jour », et même bien illégalement, car je ne pense pas que WordPress ait le droit d’imposer de la pub ou quoi que ce soit…

Ces « images » proviennent-elles de WordPress ?…  Elles ne m’apparaissent pas quand je saisis, puis envoie, mes textes.  Obtenir des réponses de WordPress n’est pas facile, semble-t-il.

Même si lesdites « images » ne relèvent pas d’une démarche mercantile, elles n’en sont pas moins abusives, voire malintentionnées. Mes premières tentatives pour éliminer ces parasites ont entraîné un souci (limité) dans la messagerie…  Je suis donc prudent dans mon « dépannage ».

Désolé pour ce parasitage dont je suis la première victime !

 

 

Le mot du 24 octobre 2018 (3)

La question du jour (et la réponse)

 

          « Très heureuse de retrouver vos « mots du jour ».

          À propos de l’ire incontrôlée d’un certain homme politique, j’ai lu plusieurs fois :  » il perd ses nerfs ».  Expression ancienne, ou invention récente ? Je connais « perdre le contrôle, perdre son sang-froid, sortir de ses gonds », ou, plus familiers, « péter un plomb, péter un câble »… Voulez-vous avoir la gentillesse de m’éclairer ? Merci. Cordialement. »

 

La fréquence de l’emploi de taper sur les nerfs, porter sur les nerfs, perdre ses nerfs, donner sur les nerfs, avoir les nerfs à vif, etc.,  chez les écrivains du XIXe siècle, plutôt dans la seconde moitié de ce siècle, me conduit à vous répondre que, concrètement, l’expression est entrée dans l’usage vers 1850-1860. Mais…

…  Mais on trouve déjà, en 1593, dans le Dialogue d’entre le Maheustre et le Manant, contenant les raisons de leurs débats et questions en ses présents troubles au royaume de France, de François Cromé* : « Le duc de Guise perdit ses nerfs », avec la même acception.

 

*Je ne garantis pas l’orthographe de ce nom, qui n’est peut-être qu’un pseudonyme. François Cromé, ou Chromé, ou……….., qui serait l’auteur de ce texte, aurait été un ligueur, membre du conseil des Seize (sorte d’état-major des ligueurs parisiens réunissant les chefs catholiques des seize quartiers de la capitale).