Archives de Catégorie: A lire au jour le jour

Le mot du jour du jeudi 14 novembre 2019 (2)

La deuxième question du jour (et la réponse)

 

                     « Cher Monsieur,

            Je me permets de vous solliciter à nouveau, svp.          

           Le mot signature apposé ici s’accorde-t-il :

des desserts signature ou signatures ?

                       Bien cordialement. »

 

Est-ce la propension des êtres humains à avoir un ego démesuré ?  Est-ce l’intérêt pécuniaire, mercantile, le pactole que pourrait apporter un « nom déposé » de recette, de produit, etc. ?… Cette locution « dessert signature » s’est effectivement répandue à la vitesse grand V, soit à propos d’une véritable « création », soit au sujet d’une  « adaptation »… C’est un équivalent du très impropre et fautif « best-seller » (qui ne doit s’employer que pour un livre) utilisé pour mettre en relief un plat, un dessert, une sauce, un cocktail, etc., dont chacun a été créé ou adapté avec succès par un maître(-)queux, un pâtissier, un chocolatier…

Je pense qu’il faut accorder : un pâtissier a un dessert signature, un cuisinier a une recette signature… Dans un Salon de la gastronomie seront présentées différentes  recettes signatures, des pâtisseries signatures…  (Sans trait d’union.)

 

 

 

 

Le mot du jour du jeudi 14 novembre 2019 (1)

La question du jour (et la réponse)

 

            « Bonjour, Monsieur Colignon,

J’espère que vous allez bien !

Pourquoi doit-on conjuguer éclore comme clore, sauf pour la 3e pers. du singulier (il éclot au lieu de éclôt) ? Je lis que ce serait « l’usage »  de l’écrire avec le « flexe », mais apparemment ce serait fautif du point de vue de l’Académie… Donc, ça revient à dire qu’on peut l’écrire comme on veut, en somme ?

Merci !

Bonne journée. »

 

 

Les contradictions entre dictionnaires de référence, entre dictionnaires de difficultés, les hésitations et les contradictions de l’Académie au fil des éditions de son Dictionnaire  (sauf erreur, aux dernières nouvelles, elle donnait la graphie avec le « flexe » ??!!??), ne permettent pas de répondre !  Personnellement, je préfère « unifier » clôt et éclôt.

 

Le mot du jour du mercredi 13 novembre 2019 (2)

AGENDA :  La dictée annuelle « loufoco-logique » Alphonse Allais de l’Association des Amis d’Alphonse Allais se déroulera comme d’habitude à la brasserie-cabaret « La Crémaillère 1900 », 15, place du Tertre (Paris-18e), à 15 heures. Le nombre des places n’étant pas infini, merci de vous inscrire le plus tôt possible. (Comme d’habitude aussi, on s’efforcera d’accueillir les inscrits de dernière minute…)

Renseignements et inscriptions :  Philippe Davis, président de l’AAAA :

phdavis@numericable.fr

ou  06 85 91 87 83

Le mot du jour du mercredi 13 novembre 2019 (1)

PUBLICATION :

Jean-Pierre Colignon : Comment dire… ?   –   Sachez utiliser les figures de style en fonction de vos besoins (édiSens édit.)

Le mot du jour du mardi 12 novembre 2019 (1)

PALMARÈS  DE  LA  DICTÉE  2019  « Honfleur fait sa dictée avec Jean-Pierre Colignon » du samedi 9 novembre :

Salle comble aux Greniers à sel pour cette édition 2019, avec, en vedette américaine, Alaïs, 8 ans, qui, passant devant la porte avec ses parents, se laissa convaincre de participer un peu (= elle  fit le premier paragraphe).  Voici le palmarès :

Champions :

1.Solange Pascarel, 1,5 f. ; 2. Guy Deschamps,  2,5 f. ;  3. Lionel Maurouard, 4 f.

Seniors amateurs :

1.Marie-Christine Gosselin ; 2. Jacqueline Murat ; 3. Anne Marlé ; 4. Robert Janssen ; 5. ex aequo : Anne-Marie Hudin et Odile Pivet ; 7. Jocelyne Leroy.

 

Le mot du 11 novembre 2019 (1)

Palmarès de la dictée 2019 de Sorèze :

 

La 18e dictée de Sorèze (Tarn), du dimanche 10 novembre, qui comme d’habitude s’est déroulée dans l’enceinte de l’abbaye-école, et dans le cadre de la Journée du livre, a donné le palmarès suivant :

1.Mme Marie-Laure Laustriat, de Castres ; 2. Mme Bernadette Cuénot, du Bout-du-Pont-de-l’Arn ; 3. M. Émile Clerc, de Roquecourbe ; 4. M. François Huppe, de Sorèze ; 5. Mme Marie-Lise Housseau, de Sorèze ;  6. M. Daniel Maurin, de Toulouse.

Félicitations à tous les participants, et à ces lauréats en particulier !

 

Le palmarès de la dictée de samedi 9 « Honfleur fait sa dictée avec Jean-Pierre Colignon » sera donné demain.

 

Rappels des prochaines dictées :

Samedi 23 novembre :  dictée « loufoco-logique » Alphonse-Allais, à Montmartre, place du Tertre, à 15 heures.

Samedi 30 novembre, pour le Téléthon, à Avrillé (Maine-et-Loire).

Le mot du 7 novembre 2019 (3)

La deuxième question du jour (et la réponse)

 

            « Bonjour, Monsieur,

            Juste une petite question sur le mur de Berlin : j’ai vu dans le Robert des noms propres : « le mur » sans majuscule, cela est-il possible ? Ou, c’est préférable : « le Mur » ?

            Merci. »

 

Encore une question qui ne peut pas avoir de réponse péremptoire !…  Il n’y a pas de métaphore : c’était vraiment un mur… qui est devenu un symbole politique et historique, et c’est pourquoi il y a les partisans de la majuscule et les partisans de la minuscule…  Et ce mur a disparu en partie…

Naturellement, le choix de la majuscule intervient surtout lors de l’emploi absolu : « C’est en 1961 que le Mur a été érigé… ». Mais il n’est pas du tout heureux, dans un même texte, de mettre tantôt « le Mur » et, par ailleurs, « le mur de Berlin » !

(Le débat est moins vif que pour le très sensible mur de Jérusalem, symbole politique exacerbé par tous les camps qui s’affrontent dans la région…)

 

Le mot du 7 novembre 2019 (2)

La question du jour (et la réponse)

 

 

            « Bonjour,

            J’ai une question d’orthographe à propos de l’usage ou non de la majuscule :  faut-il écrire « le Village Santé de Trélazé »  ou « le village santé de Trélazé » ?

            Est-ce la règle que vous aviez évoquée dans une réponse aux internautes qui prévaut ? À savoir  :  « Je vais au Village Santé » (le nom de la ville n’étant pas précisé,  seulement sous-entendu), ou :  » Je vais au village santé de Trélazé » (le nom de la ville étant explicite) ? 

            Merci de m’éclairer. »

 

 

À raison de 5 à 10 questions reçues par jour, si la réponse que vous évoquez remonte à plusieurs mois, voire plus, j’ai répondu entre-temps à plusieurs centaines, et même sans doute à plusieurs milliers, de questions d’internautes… Je n’en ai pas le souvenir, et, d’ailleurs, s’agissait-il exactement d’un cas comparable !?… Car, ici, il y a de quoi s’interroger !! Que chacun en juge :

On pourrait avoir :  » Je vais au Village Santé » et « Je vais au Village Santé de Berlurette-sur-Camomille » s’il s’agissait d’un nom déposé officiellement, soit de façon unique, en un seul  lieu, ou avec des succursales un peu partout.  Qu’il y ait besoin, ou non, de préciser la commune, en fonction de la proximité plus ou moins grande, ne change rien aux deux majuscules du nom propre déposé. Lequel nom commercial aurait pu être déposé sous la forme Village-Santé

On pourrait avoir : « Je vais au village-santé » (« … au village-santé de Trucmuche-les-Essarts« ), nom commun composé désignant un type de  structure médicale, comme on dirait : « au dispensaire », « à la maison de santé » (de Trucmuche, etc.), « au centre de soins intercommunal »…  Avec trait d’union, ce serait mieux que « au village santé ».  La proximité du lieu ne devrait pas entraîner à mettre des majuscules au prétexte que l’on ne donnerait pas le nom de la ville…

On pourrait avoir : « Je vais au « village santé » (de Montézillon-Moulinsart) », où « village santé » serait une façon familière de parler d’un village aux nombreux octogénaires et nonagénaires, où la mise entre guillemets suffirait. Si cette appellation est devenue un surnom, quasiment comme « la Ville rose » pour Toulouse, certains, surtout dans la région si le surnom est très connu localement, pourront adopter  « le Village Santé » ou « le Village santé », avec ou sans trait d’union, avec ou sans guillemets. Etc.

Il ne peut pas y avoir de réponse carrée, péremptoire, à ce type de question, d’abord si l’on ne connaît pas l’origine et/ou la nature de la dénomination. Ensuite, y a-t-il un ressenti commun local ou régional qui serait vraiment partagé par tout le monde et pourrait guider vers l’adoption de la graphie qui serait la plus logique, détachée, si possible, d’un chauvinisme local outrancier ?…

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mot du 7 novembre 2019 (1)

AGENDA :  Je rappelle que les personnes qui ne se seraient pas inscrites (auprès du service culturel de la mairie) avant samedi matin pour la dictée « Honfleur fait sa dictée avec Jean-Pierre Colignon » de samedi prochain 9 novembre pourront le faire sur place, à partir de 14 h 30, aux Greniers à sel, rue de la Ville.

En ce qui concerne la dictée de Sorèze (Tarn) de dimanche 10 novembre, les inscriptions se font sur place, à l’abbaye-école, 1, rue Saint-Martin, à partir de 14 heures.

 

Tous les renseignements au sujet de la première dictée (ouverte à tous) pour le Salon des écrivains combattants, le samedi après-midi 14 décembre, au lycée Victor-Duruy  (Paris-7e), seront donnés dans les dix jours.

Le mot du 6 novembre 2019 (1)

La question du jour (et la réponse)

 

            « Cher Monsieur Colignon, 

            Lorsque l’on parle de ces objets destinés à occuper, à distraire des chats, que faut-il écrire ? Le pluriel, ou le singulier  :   « un arbre à chat(s), des arbres à chat(s) »  ??

            Merci ! »

 

Sauf erreur, l’usage est de mettre le singulier, et cet usage me paraît excellent  :  ce sont des arbres, des hamacs, des  tunnels, etc., pour LE CHAT, pour cet animal qui s’appelle le chat…