Archives mensuelles : janvier 2019

Le mot du 31 janvier 2018 (1)

La question du jour (et la réponse)

 

Bonjour,

Faut-il dire : « ce livre a paru en 2006 » ou « ce livre est paru en 2006 » ?

Merci.

 

Aujourd’hui, on ne se lance plus dans des discussions byzantines de ce type : les deux constructions sont licites quand il s’agit de l’action.  Quand il s’agit de l’état, donc quand paru est un adjectif,  c’est la construction avec être qui l’emporte :  Ce dictionnaire est paru, maintenant.

*****

 

 

 

Publicités

Le mot du 30 janvier 2019 (1)

Le mot d’esprit du jour

« Les bavards sont ceux qui vous parlent des autres. Les raseurs sont ceux qui vous parlent d’eux-mêmes. Mais ceux qui vous parlent de vous sont brillants causeurs. »

(Marcel Pagnol.)

 

Le mot du 28 janvier 2019 (3)

Information (ter) :  La liste des dictées (ou autres animations) se déroulant en février-mars sera mise en « Mot du jour » le 4 février.  Les dates, lieux, heures et autres renseignements seront rappelés régulièrement et, aussi, mis à disposition dans le « menu » du site.

*****

Le mot du 28 janvier 2019 (2)

Information (bis) :  Le Robert commence à mettre à la disposition des libraires, à travers la France, les documents destinés à l’organisation de la « dictée Le Robert  des libraires » dans le cadre de la Semaine de la langue française.  Je serai en mesure de dire dans quelques jours en quelles librairies je me rendrai pour lire et ou commenter mon texte (voire les questions-jeux de langue française).

*****

 

Le mot du 28 janvier 2019 (1)

Information :  le dictionnaire orthotypographique rédigé pour le Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ), dont la parution a été retardée à la suite de soucis de fabrication, sortira en février.

*****

Le mot du 27 janvier 2019 (2)

La question récurrente du jour (et la réponse)

 

Question revenant régulièrement :  faut-il écrire « 1,4 millions » ou « 1,4 million » ?,   « 1,8 tonne ou 1,8 tonnes », etc.  ?…

 

Tant qu’il y a moins de deux unités, le singulier est obligatoire, et ce jusqu’à 1,999999999999999999999999999999999999999999999999999999999999…

*****

 

 

Le mot du 26 janvier 2019 (1)

Le trait d’esprit du jour

 

« Les optimistes et les pessimistes ont un grand défaut qui leur est commun :  ils ont peur de la vérité. » (Tristan Bernard.)

« Un optimiste, c’est celui qui sait que le monde est pourri.  Un pessimiste, c’est celui qui le découvre chaque matin. » (Peter Ustinov.)

*****

 

 

Le mot du 24 janvier 2019 (2)

La question du jour (et la réponse)

 

 

« Bonsoir, Monsieur Colignon,


J’ai un doute : dans le passage ci-dessous, le verbe
continuer est-il bien conjugué ? Je crois que les deux formes (imparfait et passé simple) sont correctes. Qu’en pensez-vous ?
Je vous remercie. »

« Longeant les vitrines illuminées des magasins, je perçus à travers les vitres embuées d’un troquet l’effervescence qui y régnait. Je vis un serveur très occupé, un pochard accoudé au bar, des amis hilares après avoir bu une gorgée d’une médiocre bière… Je continuais ma route, arrivant bientôt à la place Kléber balayée par le vent. »

 

Seul le passé simple est correct…   Au pluriel, vous ne pourriez pas dire : « Nous continuions notre route… », mais bien : « Nous continuâmes notre route, nous poursuivîmes notre chemin, arrivant bientôt… ».

Lorsque vous avez, comme cela, toujours un doute entre passé simple et imparfait, en dépit de ce que vous savez des emplois distincts de ces temps, un bon « truc » est de regarder quelles sont les formes conjuguées au pluriel, avec des verbes des différents groupes.

 

*****

Le mot du 24 janvier 2019.

Le petit point d’orthotypographie du jour

 

Dans les surnoms de villes où figure le mot… Ville,  et qui sont formés de deux termes, l’orthographe dépend de la nature grammaticale des composants.  Il faut deux majuscules (sans trait d’union) à Ville Lumière, parce que cette antonomase pour Paris associe deux substantifs.

De nombreux autres surnoms en deux termes unissent le mot ville  et un adjectif…  L’orthographe de ces surnoms respecte alors les récurrences générales en français (République française,  Assemblée nationale,  « le Malade imaginaire »…),  soit une majuscule à Ville et une minuscule à l’adjectif qui suit :  La Ville éternelle, la Ville sainte, la Ville rose, la Ville rouge, etc.

*****

Le mot du 23 janvier 2019 (1)

Les méfaits de l’homonymie du jour

 

« Le grand « boum » qui marqua l’après-guerre favorisa durablement l’économie de certains pays… »  Cette croissance fut-elle ressentie comme un coup de canon, alors, au point d’y voir un « boum » exprimant l’explosion d’un obus ou d’une charge de  TNT ?…

Non, il est plus plausible de voir dans ce commentaire une bévue, une confusion   –   peut-être entraînée par le contexte  –   entre boum, interjection, nom masculin et nom féminin  :  « Boum !  Lorsque notre coeur fait boum ! « ;  On a entendu un grand boum !;  être en plein boum (= en plein travail); faire la boum…,   et boom,   nom masculin, « croissance (écononomique, commerciale….) », qui aurait été le terme adéquat.

*****